Retour

Attentats de Paris : la Belgique traque les extrémistes

Dans la foulée des attentats de Paris, la Belgique poursuit sa traque des terroristes sur son territoire. La police belge a arrêté sept personnes au cours d'une série de perquisitions menées dans le cadre des attentats de Paris.

Les arrestations ont été effectuées au cours de six perquisitions menées dans le cadre d'une enquête ouverte sur Bilal Hadfi, l'un des auteurs des attentats de Paris. Hadfi est celui qui s'est fait exploser aux abords du Stade de France, à Saint-Denis, au nord de Paris.

Deux autres personnes ont été interpellées par la justice belge au cours de trois opérations également liées aux attaques de Paris qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés.

Les suspects djihadistes qui rentrent de Syrie seront arrêtés

Les djihadistes de retour de Syrie seront arrêtés à leur entrée en Belgique et les mosquées clandestines, démantelées, a par ailleurs dit le premier ministre belge, Charles Michel, dans le cadre d'une série de mesures prises après les attentats de Paris. Il s'est adressé jeudi matin à la Chambre des représentants.

Tout comme le président français, le premier ministre belge souhaite modifier la constitution de son pays afin de lutter contre l'extrémisme et le terrorisme. Il a promis d'injecter 400 millions d'euros pour renforcer la sécurité.

La Belgique se retrouve dans la tourmente provoquée par les attentats de Paris puisque plusieurs des auteurs - dont le cerveau des opérations, Abdlehamid Abaaoud - proviennent de Molenbeek, une banlieue de sa capitale, Bruxelles.

M. Michel s'est engagé à utiliser des amendements constitutionnels afin de prolonger le temps de détention des suspects pour le faire passer de 24 h à 72 h.

Le premier ministre Michel a également indiqué qu'il allait aller de l'avant, seul, avec le système de partage d'information sur les passagers aériens puisque l'Union européenne a échoué dans sa tentative de s'entendre à ce sujet.

Le chef du gouvernement a par ailleurs indiqué que 400 millions d'euros supplémentaires allaient être alloués à la lutte antiterroriste et qu'un bâtiment de la Marine belge serait associé au groupe naval du porte-avions français Charles-de-Gaulle, qui a appareillé mercredi vers la Méditerranée orientale pour participer aux opérations contre le groupe armé État islamique en Syrie et en Irak.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine