Retour

Aung San Suu Kyi dément un nettoyage ethnique des Rohingyas au Myanmar

La dirigeante birmane, Aung San Suu Kyi, estime que le terme de nettoyage ethnique est trop fort pour décrire le sort de la communauté des Rohingyas dans l'État de Rakhine, rapporte la BBC mercredi.

« Je ne pense pas qu'un nettoyage ethnique soit en cours », a dit Aung San Suu Kyi dans une interview à la BBC alors qu'un journaliste lui demandait si, en tant que lauréate du prix Nobel de la paix, elle pouvait ignorer les nettoyages ethniques dans son propre pays.

« Je pense que l'expression de nettoyage ethnique est trop forte pour qualifier ce qui est en train d'arriver », a-t-elle déclaré, tandis que la gestion de la crise dans la région de l'ouest a fait l'objet de critiques internationales.

Depuis le début en octobre des opérations de l'armée en réaction à des attaques à des postes-frontière par un groupe insurgé, plus de 75 000 Rohingyas ont fui au Bangladesh.

Un rapport des Nations unies publié en février a conclu à des meurtres et des viols « massifs et systématiques » menés par l'armée birmane à l'encontre de la minorité musulmane, et au meurtre d'enfants de tous âges, y compris de bébés, et de femmes et de personnes âgées.

L'armée birmane a démenti ces accusations et dit être engagée dans des opérations anti-insurrectionnelles justifiées.

« Ce que nous tentons d'atteindre, c'est la réconciliation, pas la condamnation », a dit la dirigeante birmane à la BBC. « Il s'agit de musulmans tuant d'autres musulmans ».

Environ 1,1 million de Rohingyas vivent dans des conditions proches de l'apartheid en Arakan, État à majorité bouddhiste. Leur sort est l'objet de frictions récurrentes entre la Birmanie et le Bangladesh.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine