Retour

Bois, lait, énergie : Trump multiplie les critiques sur l'ALENA

Les griefs de Donald Trump envers le Canada se multiplient, et son ton se durcit. Dans une déclaration faite jeudi midi depuis la Maison-Blanche, le président américain s'en est pris non seulement à l'industrie laitière du pays, mais aussi à son industrie forestière et énergétique.

« Ce que le Canada fait à nos producteurs laitiers est une honte », a lancé le président, en décriant la situation difficile que vivent des producteurs laitiers du Wisconsin et de New York. Le président avait aussi évoqué le sort de ces agriculteurs mardi, mais avait plutôt évoqué les pratiques « très inéquitables » ou « injustes » du Canada.

Le président a précisé qu'il en avait contre des changements récents qui avaient acculé ces producteurs à la faillite, mais sans donner plus de détails. Il pourrait s'agir d'une référence au fait que les producteurs se sont entendus avec les transformateurs pour favoriser le lait canadien au détriment de lait diafiltré produit aux États-Unis.

Le président a ensuite ajouté deux fois plutôt qu'une que ses critiques envers le Canada incluaient également la gestion du marché du bois d'oeuvre et le marché énergétique, mais sans donner plus de détails là non plus.

Le bois d'oeuvre est un vieux contentieux qui oppose les deux pays, et la dernière entente à ce sujet est venue à échéance l'automne dernier. Le grief sur le marché énergétique est beaucoup moins clair.

« Ce qui arrive à nos producteurs laitiers, au Wisconsin, dans l’État de New York, nous n’allons pas laisser ça se produire », a assuré le président dans la foulée. « Nous ne pouvons pas laisser le Canada ou n’importe qui d’autre prendre l’avantage et les laisser faire ce qu’ils font à nos travailleurs et à nos producteurs laitiers. »

Les États-Unis doivent donc entreprendre des négociations « très, très rapidement » avec le Canada, a encore dit le président dans cette déclaration, faite de façon apparemment impromptue en marge de la signature d'un décret ordonnant une enquête sur les importations d'acier aux États-Unis.

« Discuter en s'appuyant sur les faits », dit Trudeau

Dans une entrevue accordée plus tôt en matinée à l'agence américaine Bloomberg, avant la nouvelle salve du président américain, Justin Trudeau avait commenté les critiques du président Trump au sujet de l’industrie laitière.

« C’est de la politique », a commenté le premier ministre canadien. « Pour la production laitière, les États-Unis ont un surplus commercial de 400 millions de dollars avec le Canada », a-t-il souligné.

Lors de la visite de M. Trudeau à Washington en février dernier, le président Trump avait plutôt parlé de la nécessité d'apporter des « ajustements » à sa relation commerciale avec le Canada. « La relation que nous avons avec le Canada est remarquable et nous allons continuer de l'améliorer », avait-il déclaré.

Quelques semaines plus tôt, un conseiller du président américain Donald Trump, Stephen Schwarzman, s'était aussi montré rassurant quant à l'avenir des relations commerciales canado-américaines au terme d'une rencontre avec des membres du Cabinet Trudeau. Le Canada a un « statut très spécial » aux États-Unis, avait-il dit, et le risque qu'il souffre d'une renégociation de l'ALENA était « très faible », selon lui.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine