Retour

Boko Haram diffuse une nouvelle vidéo qui montrerait les filles de Chibok

Boko Haram a diffusé dimanche sur YouTube une nouvelle vidéo montrant des adolescentes présentées comme étant les écolières enlevées en avril 2014 à Chibok dans le nord-est du Nigeria. Des parents y ont reconnu leurs filles.

Dans la vidéo de 11 minutes, un homme armé exhorte le gouvernement nigérian à libérer des membres de Boko Haram, sans quoi les filles ne seraient pas libérées. On y voit aussi plusieurs filles en pleurs et une autre qui tient un bébé dans ses bras.

Depuis son allégeance au groupe armé État islamique en mars 2015, Boko Haram se faisait appeler Jama'at Ahl al-Sunnah Lil Dawa Wal Jihad. Toutefois, dans l'enregistrement, le groupe utilise toujours le nom de Boko Haram.

Des parents éplorés

Un père et une mère ont reconnu leur fille Maida parmi les adolescentes apparaissant dans la vidéo diffusée dimanche par Boko Haram. « Quand j'ai entendu sa voix, j'ai réalisé que c'était ma fille », a dit en sanglotant Kanu Yakubu, le père, lors d'une conférence de presse du mouvement « Bring Back Our Girl ».

Dans la vidéo, la jeune fille portant un hijab ne laissant voir que son visage affirme que certaines de ses camarades de classe ont péri dans des bombardements menés par l'armée de l'air nigériane. Elle soutient aussi que 40 autres étudiantes ont été « mariées » à des combattants.

Les 276 filles de l'école secondaire publique de Chibok ont été enlevées le 14 avril 2014, ce qui provoqua une vague d'indignation dans le pays et dans le monde. Cinquante-sept d'entre elles avaient réussi à s'échapper dans les heures suivant leur enlèvement. Les autres seraient tenues captives par le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau.

Le gouvernement critiqué

Dimanche, Abubakar Abdullahi, porte-parole de « Bring Back Our Girls », a de nouveau reproché à son gouvernement d'avoir jusqu'ici échoué à libérer les jeunes captives. « C'est incroyable qu'après 853 jours, nous n'ayons pas été capables de faire des progrès dans cette affaire », a-t-il déploré.

Le gouvernement nigérian a déclaré dimanche être en contact avec les combattants de Boko Haram qu'on peut apercevoir dans cette nouvelle vidéo.

Depuis le début de l'insurrection en 2009, le groupe djihadiste Boko Haram a enlevé plusieurs milliers de femmes, d'enfants et de jeunes hommes. Parmi ces femmes et ces filles, certaines ont été forcées à devenir des esclaves sexuelles ou même à combattre ou à mener des attentats-suicides.

Ce conflit a fait plus de 20 000 morts et a forcé plus de 2,6 millions de personnes à fuir le pays.

Notre dossier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine