L'ex-président du Congrès des députés brésilien Eduardo Cunha, fer-de-lance de la procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff, a été placé mercredi en détention dans le cadre du scandale de corruption du géant pétrolier Petrobras.

Cet ancien député ultraconservateur évangélique, membre du PMDB de l'actuel président Michel Temer, a été arrêté à Brasilia, selon un porte-parole de la police.

M. Cunha, 58 ans, est accusé d'avoir dissimulé sur des comptes secrets en Suisse 1,5 million de dollars provenant, selon l'accusation, de pots-de-vin perçus en marge de l'acquisition par Petrobras d'un champ de pétrole au Bénin en 2011.

Ses avoirs - d'une valeur totale de 220 millions de reals (82 millions de dollars canadiens) - ont par ailleurs été gelés par le ministère public.

Le juge Sergio Moro, chargé de l'enquête sur Petrobas, a estimé que son maintien en liberté faisait courir un risque pour l'ordre public, ainsi qu'une possibilité concrète de fuite puisqu'il possèderait des comptes à l'étranger.

Tout-Puissant il y a encore quelques mois, Eduardo Cunha a été destitué en mai de ses fonctions de président de l'Assemblée par le Tribunal suprême fédéral.

M. Cunha est responsable de la procédure controversée de destitution, lancée fin 2015, de l'ancienne présidente Dilma Rousseff, son ennemie jurée du Parti des travailleurs (PT).

L'opération Lava jato (« Lavage express »), simple enquête lancée en mars 2014 sur des stations-service, a dévoilé un vaste réseau de corruption autour de Petrobras, la compagnie phare du Brésil dont le préjudice s'élève au moins à 2 milliards de dollars.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque