Retour

Brésil : une commission parlementaire recommande la destitution de Dilma Rousseff

La situation se corse pour la présidente du Brésil Dilma Rousseff. Une commission parlementaire spéciale a voté pour un rapport qui prône la poursuite du processus de destitution. L'adoption ne s'est pas faite sans heurts. La séance a duré 11 heures au terme desquelles 38 députés ont voté pour et 27 contre.

Le rapport sera soumis vendredi à la Chambre des députés. Un vote de deux tiers des députés est nécessaire pour que la procédure de destitution accède ensuite au Sénat. À cette étape, le Sénat devra approuver, ou non, à la majorité simple la mise en accusation de la présidente.

Advenant que ce soit le cas, Dilma Rousseff serait écartée du pouvoir pendant un maximum de 180 jours.

Sa destitution définitive requiert les deux tiers des suffrages des sénateurs. Le vice-président Michel Temer assurerait la présidence par intérim jusqu'en 2018.

Ce dernier semble d'ailleurs prêt à prendre le pouvoir puisqu'il a envoyé, par mégarde, un discours qu'il a enregistré sur son portable. « Je confesse qu'après, quand j'ai voulu envoyer l'enregistrement à un ami, c'est parti à un groupe et le message s'est diffusé », a reconnu l'homme.

Michel Temer a poussé sa formation, le parti PMDB, à sortir de la coalition de la présidente Rousseff.

Plus d'articles

Commentaires