Retour

Cavalia obtient la libération de deux employés arrêtés en Chine pour avoir fumé du cannabis

Les deux employés québécois de Cavalia qui étaient emprisonnés en Chine depuis une semaine pour avoir consommé du cannabis ont été libérés. Selon le directeur des relations publiques de l'entreprise, Éric Paquette, « les deux individus sont déjà arrivés au Canada ».

Le 14 juillet dernier, la police chinoise a mené une descente dans un hôtel de Pékin occupé par des employés de Cavalia. Des tests pour dépister la consommation de marijuana ont été menés. Plusieurs arrestations ont eu lieu, entre autres parmi des membres de l'équipe technique. C'est à ce moment que les deux Québécois ont été arrêtés.

Les services d'aide d'urgence du gouvernement canadien ont été avisés le lendemain, mais l'assistance consulaire n'a été délivrée que trois jours plus tard, le 18 juillet.

Selon une source diplomatique, les deux détenus devaient être expulsés du pays le dimanche 23 juillet. Les autorités chinoises ont demandé à la compagnie Cavalia d'acheter des billets de retour pour préparer cette expulsion.

Les autorités chinoises accordent beaucoup d'importance au respect de la législation sur les stupéfiants. La possession, l’usage, la production et le trafic de stupéfiants sont sévèrement sanctionnés. La détention de plus de 50 grammes de drogue, quelle qu'elle soit, est passible de la peine de mort.

Des contrôles inopinés de dépistage de la consommation de produits stupéfiants par les forces de l'ordre ont régulièrement lieu dans les bars ou les établissements de nuit. En cas de résultat positif, les contrevenants s’exposent à une mise en détention, éventuellement suivie d’une expulsion du territoire chinois s'ils sont des étrangers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine