Le président désigné possède un outil bien puissant à portée de main: son compte Twitter. En quelques instants, Donald Trump est capable de rejoindre plus 15,7 millions de « fans » et diriger leur passion vers une cause précise. Il l'a souvent fait pour motiver ses troupes ou dénoncer ses adversaires.

Maintenant élu, il devrait l'utiliser pour rassurer les Américains.

Ils sont nombreux à être effrayés par l'arrivée de Donald Trump à la présidence. Pour beaucoup, ce n'est pas tant l'homme qui les inquiète, mais ce qu'il encourage ou ne dénonce pas assez fortement. Les Américains de couleur, les immigrants, les homosexuels et les transgenres ont exprimé leurs craintes. Jusqu'à présent, leur prochain président a fait peu pour les rassurer.

Quelques centaines de partisans de l'extrême-droite se sont réunis en fin de semaine à Washington pour célébrer la victoire de Donald Trump. Des gens qui ont l'impression que leur façon de voir le monde est devenue acceptable et acceptée par une majorité d'Américains. « Hail Trump! » ont-ils scandés, certains le bras droit levé, faisant le salut nazi.

En campagne, Donald Trump a rejeté du bout des lèvres l'appui de groupes racistes comme le KKK. Depuis son élection, il n'a à peu près rien dit pour calmer les ardeurs des plus extrémistes de ses partisans.

Lesley Stahl, l'animatrice du « 60 minutes » de CBS, l'a interrogé sur cette vague d'insultes et d'agressions contre des Latino-Américains et des musulmans qui a suivi sa victoire. Donald Trump s'est dit attristé. « Stop it », qu'il a dit. « Si ça peut aider, je vais le dire à la caméra. Arrêtez. »

C'était le dimanche suivant son élection. Depuis, la vague de harcèlement semble avoir perdu de sa force. Mais les saluts nazis, à quelques centaines de mètres de la Maison-Blanche, prouvent que le sentiment est toujours bien vivant. C'est ici que Donald Trump peut utiliser toute la force de son compte Twitter.

Après tout, il s'en est récemment servi pour dénoncer les acteurs de la pièce « Hamilton », qui avaient interpelé le vice-président désigné Mike Pence. Leur message, un appel à des politiques inclusives, a été livré poliment.

Le président désigné leur a répondu en les attaquant, les accusant d'avoir manqué de respect envers Mike Pence.

Plusieurs démocrates veulent tendre la main au prochain président. espèrent travailler avec lui pour faire avancer des priorités communes.

Leur bonne volonté dépend de l'image que se font les Américains de Donald Trump. Il a promis d'être le président de tous; de nombreux Américains estiment qu'il pourrait faire un pas de plus pour le prouver en rejetant les racistes et les plus extrémistes.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?