Retour

Ces images de Fidel Castro que personne n'a vues

Fidel Castro sur une civière et malade, à une époque où on croyait qu'il était mort? Du jamais vu jusqu'à aujourd'hui. Des images inédites où on le voit faire la passation du pouvoir et signer sa démission? C'est ce que nous avons obtenu.

Un texte de Martin Movilla

À Cuba, comme ailleurs dans le monde, il faut instaurer la confiance avec les gens. Encore plus s'il s'agit d'un sujet délicat. Ça nous a pris trois ans de négociations pour ce projet, mais plus d'une décennie pour gagner le respect sans être perçus comme des ennemis ou comme des amis, seulement comme des journalistes.

Notre dernière entrevue était celle de Roberto Chile. L'ancien caméraman de Fidel Castro était aussi notre guide, notre laissez-passer pour avoir accès aux gens qui ont parlé dans le documentaire.

Mais ni moi ni le reste de l'équipe ne pouvions savoir qu'il allait nous raconter un secret. Quelque chose que même des gens de Cuba - des politiciens ou des citoyens - ne connaissaient pas.

Notre caméraman Martin Cloutier regardait droit dans son viseur quand Chile a commencé à dévoiler ses émotions. Nous avions l'impression qu'il allait pleurer. Et c'est à ce moment-là que c'est arrivé : Chile nous a dit qu'il avait enregistré le moment où Fidel Castro a fait la passation du pouvoir et laissé son poste de président. En d'autres mots, le moment où Castro, malade et sur une civière, a signé sa démission.

Tirée des images tournées par Roberto Chile

Depuis les années 60 - à cause de la guerre froide et de la guerre médiatique et de propagande que celle-ci a déclenchée -, les Cubains font très attention aux images qu'ils montrent au reste du monde, surtout s'il s'agit des leaders du parti communiste ou des frères Castro. Fidel en civière et malade, à une époque où on croyait qu'il était mort? Du jamais vu!

Immédiatement après cette révélation, Chile se rend compte qu'il vient de dire quelque chose qu'il n'aurait pas dû raconter, mais son cœur et son honnêteté venaient de le trahir.

Ces images sont devenues pour nous un objectif. Nous voulions les avoir pour illustrer ce moment unique. Nous savions qu'elles étaient inconnues, inédites.

À Cuba, plusieurs dirigeants considéraient ces images comme un secret d'État et pensaient qu'elles ne devaient pas quitter le pays. Alors nous avons compris que nous devions convaincre le Conseil d'État et même la famille Castro si nous voulions les obtenir.

Trois mois de négociations, d'échanges de courriers, de rencontres secrètes, de pourparlers et d'explications sur la valeur journalistique de ces images ont été nécessaires, mais nous n'avons pas obtenu la réponse positive que nous espérions.

On a dû attendre tout en demandant à nos contacts de faire plus d'efforts pour obtenir ce que nous voulions. Finalement, une source sûre m'a dit : « C'est Fidel qui va prendre la décision. »

Castro a finalement donné son accord et les Cubains ont aussi compris que c'était mieux de le « montrer dans un moment difficile, malade et physiquement affaibli » que de laisser les gens, partout dans le monde, s'imaginer n'importe quoi.

Finalement, il y a tout juste deux semaines, les images sont arrivées. Un diplomate cubain les a apportées au Canada. La réalisatrice Christine Campestre et la monteuse Hélène Morin ont dû modifier à la dernière minute le documentaire - qui était prêt pour diffusion - vous permettant ainsi de voir ce soir des images exclusives.

Plus d'articles

Commentaires