Retour

Ces républicains à qui Trump donne encore des maux de tête

Ils font partie des républicains qui ont dû se faire à l'idée Trump... Il y a sept mois, nous vous présentions 12 Américains modérés, pragmatiques. Des gens qui ne voulaient pas du tout de Donald Trump à la tête du Parti républicain. « Je préfère voter pour Mickey Mouse », avait lancé une électrice en avril. Et à la veille du vote, qu'en pensent-ils?

Yanik Dumont Baron

  Un reportage de Yanik Dumont Baron

Ceux qui ont accepté de nous parler témoignent d'un difficile choix pour une partie des Américains. Un choix imposé par la présence du controversé Donald Trump, bien sûr. Parfois, ce choix est compliqué par l'identité de son adversaire. Pour certains, Hillary Clinton n'est pas un choix plus raisonnable.

À preuve, l'une des personnes à qui nous avons parlé au printemps ne veut pas qu'on l'a nomme, cette fois. Sur son bulletin de vote, elle inscrira le nom du gouverneur John Kasich à côté du mot « président ». Un vote de protestation contre son propre parti. « Mon espoir, c'est que [le parti républicain] soit plus inclusif, plus plus invitant pour les minorités. »

TERRI SARTWELL

Terri Sartwell espérait que Ted Cruz emporte l'investiture républicaine. « Je tiens à mes principes, expliquait-elle en avril. Et Trump n'en défend aucun. Il est trop libéral. »

Elle a déjà voté par anticipation pour le candidat indépendant Even McMullin, un républicain qui a lancé sa campagne en réaction à Donald Trump. « Il me semble honnête et décent. Je suis d'accord avec lui sur presque tout. »

GRACE MCBAIN

En avril, Grace McBain disait prier « chaque jour pour que Trump ne devienne pas président ». Elle le voyait comme un « idiot », qui « n'a pas sa place à la tête de notre pays ». Il y a un mois, elle parlait d'un choix « entre un fou et une criminelle ».

Puis le FBI a annoncé qu'il enquêtait toujours sur les fameux courriels d'Hillary Clinton. Et tout a basculé. Elle votera pour Trump. « On ne peut pas avoir toute cette corruption encore une fois, pour encore 4 ou 8 ans, avec Hillary Clinton et les démocrates. »

DAVE ET JANET MIETLICKI

Au printemps, Dave Mietlicki jugeait que Trump était allé trop loin avec certaines propositions, comme déporter des millions de sans-papiers. Mais il s'était dit prêt à voter Trump s'il était choisi comme porte-étendard de son parti. Sa femme, Janet, hésitait devant le tempérament du candidat.

Dave votera plus contre Hillary Clinton qu'il ne votera pour Donald Trump. « Ma seule option, c'est de continuer d'appuyer le Parti » républicain.

Un choix que Janet n'est pas capable de faire. Elle ne votera pour aucun des principaux candidats à la présidence. La course a laissé sa marque dans le couple. « On a eu quelques mésententes. On a appris à ne pas parler de politique à la maison. »

JOHN HERRICK

En avril, John Herrick parlait de Donald Trump comme « d'une épée à double tranchant ». D'un candidat qui a provoqué la colère, mais aussi l'enthousiasme. À la convention républicaine cet été, il a représenté les intérêts du candidat John Kasich. Le dernier a abandonné devant Donald Trump.

Depuis, il s'est rangé derrière le choix de son parti. Un réflexe pour celui qui a toujours voté républicain. Mais il n'est pas satisfait : « Clinton et Trump sont des candidats très impopulaires. Avec les millions de gens qui habitent ce pays, comment est-on arrivé avec deux candidats si impopulaires? »

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?