Retour

Charles Taylor fait volte-face sur l'interdiction du port de signes religieux

Le philosophe Charles Taylor ne croit plus que Québec doive légiférer pour interdire le port de signes religieux ostensibles aux employés de l'État qui exercent des fonctions coercitives, comme les juges, les procureurs de la Couronne, les policiers et les gardiens de prison, comme il le préconisait en 2008. Le premier ministre Philippe Couillard a quant à lui qualifié le positionnement de M. Taylor de « très important ».

C'est dans une lettre ouverte publiée mardi dans La Presse+, suivie d'une entrevue à Radio-Canada où il a détaillé ses propos, que l’ex-président de la commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles explique pourquoi il a changé d'idée sur cette recommandation, qui figurait dans son rapport final, intitulé Le temps de la conciliation.

« Les choses ont bien changé depuis, et ce n'est plus mon opinion », explique-t-il.

J'ai bien signé le rapport où cette recommandation paraît; mais neuf ans plus tard, je ne l'endosse plus. [...] C'est principalement l'évolution du contexte qui m'a fait changer d'idée.

Charles Taylor

Dans son texte, intitulé cette fois Le temps de la réconciliation, M. Taylor plaide que le contexte sociopolitique a changé depuis l’attentat commis à la grande mosquée de Québec, qui a donné lieu à une « explosion de solidarité et de reconnaissance mutuelle entre les Québécois de toutes origines ».

Je suis peut-être très émotif, puisque je suis sous le coup de tous ces événements. Autant j’ai été horrifié par l’acte, autant j’ai été impressionné par le rassemblement des Québécois.

Charles Taylor, en entrevue à Radio-Canada

La charte des valeurs a exacerbé les tensions

« On commence à surmonter les divisions, à combler les fossés et à recoudre les déchirures de notre tissu social, des clivages ayant en outre été causés par les débats des dernières années », dit-il aussi, montrant du doigt « l'effet secondaire de stigmatisation » qu'a eu le débat sur la charte des « valeurs québécoises » sur « certaines classes de citoyens ».

La proposition avancée par le Parti québécois, estime-t-il, a entraîné une « multiplication des accidents d’agression, surtout envers les musulmanes portant le voile – des agressions allant des paroles haineuses jusqu’aux voies de fait dans certains cas ».

« Ces gestes sont le fruit d’une minorité de citoyens qui nourrissaient déjà de l’hostilité envers les immigrants en général ou envers les musulmans », écrit M. Taylor, mais le débat entourant la charte a fait en sorte « d’atténuer ou d’éliminer leurs inhibitions, en plus d’épaissir les nuages de suspicion et de craintes qui entouraient les nouveaux arrivants dans une partie de l’opinion publique ».

« J’estime qu’on ne peut pas se payer le luxe de poser de nouveaux gestes qui renouvelleraient cet effet de stigmatisation, quelles que soient les bonnes intentions de certains de leurs défenseurs. Ne rouvrons pas les plaies à nouveau. Laissons toute la place au temps de la réconciliation », déclare le philosophe.

C’est le temps de mieux se connaître et de se réconcilier. Plus on donne d’espace à des peurs non fondées, plus on crée des divisions profondes. Ce n’est pas comme ça qu’on va rapprocher les gens

Charles Taylor, en entrevue à Radio-Canada

M. Taylor insiste sur le fait qu'il est important que notre société favorise le rapprochement et la rencontre entre les différentes communautés culturelles. Il rappelle que le rapport Bouchard-Taylor contenait une série de recommandations en ce sens. Par exemple, indique-t-il, l'instigation d'échanges scolaires entre Montréal et les régions, « comme on le fait internationalement ».

Du moment où les gens se rencontrent, toutes les peurs disparaissent, car ils voient que ce ne sont pas des ennemis. [...] Les musulmans qui sont chez nous, c’est des gens qui veulent rejoindre notre société, notre mode de vie, qui partagent pour une grande majorité nos valeurs. [...] Ce sont des gens qui sont venus ici car nous avons la liberté.

Charles Taylor, en entrevue à Radio-Canada

Charles Taylor dit comprendre « la tentation de trouver un "compromis" » qui anime les partis politiques à Québec, puisque cela pourrait amener une « réconciliation entre différentes tendances chez les Québécois, en particulier chez ceux dits de souche ». Il plaide cependant, à l'instar du sociologue Gérard Bouchard, qui coprésidait la commission sur les accommodements raisonnables, « que le "nous" québécois est désormais plus large ».

« Le temps où une partie de notre société, fût-elle majoritaire, pouvait agir sans égard pour les minorités marginalisées est passé », soutient-il. « Cette législation serait d’autant plus gratuite qu’elle serait très probablement invalidée par les cours, ne laissant derrière elle qu’amertume et divisions. »

Une position contraire à celle de Gérard Bouchard

M. Taylor précise qu’au moment d’écrire le rapport avec son collègue Gérard Bouchard, il n’a jamais cru que l’interdiction du port de signes religieux aux employés exerçant des fonctions « coercitives » était une « implication nécessaire de la laïcité ».

Il lui apparaissait plutôt que « dans l’atmosphère suivant le débat sur les accommodements raisonnables, ne pas imposer ces restrictions choquerait l’opinion publique au point de mettre en danger notre proposition d’une laïcité ouverte. »

Selon lui, le débat a cependant commencé à déraper lorsque l’idée d’appliquer l’interdiction du port de signes religieux aux employés exerçant « des fonctions de coercition qui régissent le domaine du crime et du châtiment, et qui décident de la condamnation et des peines » a été étendue à d’autres fonctions de l’État.

« Elle fut remplacée [dans le débat public] par un concept plus vague d’"autorité" », un concept qui permettait une extension presque indéfinie, au point d’inclure les enseignants et les éducatrices en service de garde, que nous ne visions pas du tout », écrit-il.

Le débat sur la charte des « valeurs québécoises », qui proposait de « restreindre les droits de certaines classes de citoyens », a ensuite eu un « effet secondaire de stigmatisation ».

Avec cette sortie publique, Charles Taylor s’inscrit résolument en faux contre les propos de Gérard Bouchard. En entrevue à 24/60, sur ICI RDI, la semaine dernière, le sociologue estimait plutôt qu’il était « urgent » que le premier ministre du Québec Philippe Couillard agisse de « manière énergique » dans ce dossier.

M. Taylor précise qu'il a d'ailleurs échangé avec M. Bouchard avant la publication de sa lettre.

On n’est pas d’accord. On n'a jamais vraiment été d’accord là-dessus, parce que pour lui, c’était une question de principe, pour moi, plutôt une question de conjoncture. Mais je l’estime beaucoup et je suis d’accord avec lui pour tout le reste du rapport.

Charles Taylor, en entrevue à Radio-Canada

La Coalition avenir Québec a proposé au premier ministre d’appuyer le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse si le gouvernement y incluait les recommandations du rapport Bouchard-Taylor sur l’interdiction de signes religieux. Le Parti québécois préconise également cette approche.

M. Couillard avait cependant soutenu qu’il s’agissait d’un « enjeu inexistant », qui n'a rien à voir avec la tragédie survenue à la grande mosquée de Québec.

Un positionnement « très important », pour Philippe Couillard

Commentant la lettre ouverte en conférence de presse, le premier ministre du Québec a dit y voir un positionnement « très important » et une preuve que son gouvernement, qui a toujours été contre l'interdiction du port de signes religieux préconisée par le rapport Bouchard-Taylor, « est du côté des principes qu'on veut voir régner au Québec ».

Nous, on a toujours été opposés à la discrimination vestimentaire. Ce n'est pas la première fois que je le dis ce matin. [...] Je crois que ça permet de constater que, quand on a des principes, il faut s'y tenir.

Philippe Couillard

Le gouvernement va bel et bien « améliorer, clarifier certains aspects » du projet de loi sur la neutralité religieuse, mais pas pour interdire le port de signes religieux, comme le souhaitent les partis d'opposition. « Si au cours de la prochaine campagne électorale, il y a des partis politiques qui disent qu’il faut interdire davantage, ce sera à eux de démontrer l’urgence de le faire », a dit M. Couillard.

Agir en ce sens entraînerait un « risque de dérapage » susceptible de « donner un œil au beurre noir international au Québec », a encore dit le premier ministre. « De la police, on va aller aux enseignants; des enseignants, on va se rendre sur la plage », a-t-il laissé tomber, faisant référence au débat sur le port du burkini.

Le premier ministre a par ailleurs clairement affirmé que le débat sur la charte des valeurs québécoises du Parti québécois a contribué à alimenter une certaine xénophobie.

On doit regretter au Québec certaines dérives qui ont été apportées, certaines normalisations de discours d’exclusion, de xénophobie, qui ont été apportées lorsqu’on a tenté d’introduire – soi-disant parce que c’étaient des valeurs québécoises – d’introduire la discrimination vestimentaire.

Philippe Couillard

Au-delà des questions de principe, M. Couillard a soutenu que les juges sont « assez grands, avec le Conseil de la magistrature, pour se gouverner eux-mêmes » sur ces questions. De manière plus générale « aucune profession ne devrait être empêchée ou bloquée à quelqu’un [...] pour une raison vestimentaire, que ce soit une croix, une kippa ou quels que soient les autres éléments ».

L'opposition dénonce l'intransigeance du premier ministre

Les chefs du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, Jean-François Lisée et François Legault, ont tour à tour dénoncé la position du premier ministre Couillard dans ce dossier. Selon eux, les Québécois tiennent à cette interdiction du port de signes religieux pour certains employés de l'État, et M. Couillard refuse d'en prendre acte.

« Je savais que M. Taylor était frileux sur cette question depuis longtemps. Donc, ne suis absolument pas surpris », a affirmé M. Lisée. « Pour nous, ça ne change rien. »

L’argument qu’il apporte, c’est de dire : "Si on agit, ça va libérer la parole de gens extrémistes, et ça, on ne veut pas faire ça." C’est comme si le débat démocratique était pris en otage par nos citoyens les moins raisonnables.

Jean-François Lisée

Des « propos malheureux » de la sorte ont pourtant été tenus lors d'une grande quantité de débats de société, comme ceux sur le vote des femmes, le mariage homosexuel, les questions linguistiques ou l'indépendance du Québec, a ajouté M. Lisée. « Alors, je pense que l’argument de M. Taylor, il ne tient pas. En fait, il est même une inhibition à la saine démocratie. »

Selon M. Lisée, 80 % des Québécois sont d'accord avec l'interdiction du port des signes religieux chez les personnes en situation d'autorité, de sorte que « M. Taylor débarque d'un train qui est parti depuis longtemps ».

François Legault a abondé dans le même sens. « Charles Taylor a le droit de changer d’idée. Mais ce que je sais, c’est que la grande majorité des Québécois n’a pas changé d’idée. La grande majorité des Québécois souhaite qu’on légifère, qu’on interdise les signes religieux pour les personnes en autorité. »

Il faut arrêter de pelleter nos problèmes par en avant; c’est ça qui risque de provoquer des dérapages. Mieux encadrer pour mieux accueillir, c’est comme ça qu’on va éviter des dérapages.

François Legault

Le chef de la CAQ déplore que le premier ministre ait repoussé son offre de compromis et qu'il se montre intransigeant. « On a un premier ministre qui dit : "Moi, je ne pilerai pas sur mes principes." Mais, de ce fait, il demande à la majorité des Québécois de piler sur leurs principes. »

Plus d'articles