L'ex-directeur du FBI James Comey a déclaré que sa conviction qu'Hillary Clinton allait remporter l'élection présidentielle de 2016 avait influé sur la manière de mener son enquête sur la candidate, provoquant l'ire de Donald Trump à quelques heures de la diffusion très attendue, dimanche soir, d'une entrevue avec l'ancien patron de la police fédérale.

Le président américain a réagi dans une série de tweets irrités, dimanche matin.

« Le fuyant James Comey, un homme qui finit toujours mal et détraqué (il n'est pas intelligent!), restera comme LE PIRE directeur de l'histoire du FBI, de loin! » a-t-il écrit sur son réseau social de prédilection. Le président américain en a rajouté dans quatre autres tweets qui visaient tous M. Comey.

Vendredi déjà, Donald Trump s'en était violemment pris au policier d'expérience, le qualifiant d'« ordure » et de « menteur » en réaction à la diffusion d'extraits de son livre, A Higher Loyalty, dans lequel le président américain est comparé à un chef de clan mafieux.

M. Comey, qui a été limogé abruptement par le président en mai 2017, a déclaré à la chaîne américaine ABC que sa décision d'annoncer que le FBI allait rouvrir l'enquête sur la manière dont Mme Clinton avait illégalement utilisé un serveur privé de courriels lorsqu'elle était secrétaire d'État, 11 jours avant l'élection, avait été motivée par la volonté de faire en sorte que l'élection attendue de la candidate démocrate soit perçue comme légitime par le public.

« Je ne me souviens pas d'avoir pensé cela consciemment, mais cela a dû être le cas, parce que je fonctionnais dans un monde où Hillary Clinton allait battre Donald Trump, et donc je suis sûr que ça a été un facteur », a dit l'ancien chef du FBI, selon des extraits publiés à l'avance de l'interview qui doit être diffusée dimanche par ABC.

Les déclarations de James Comey à ABC rejoignent un passage des mémoires qu'il vient de publier. Dans ce livre, il écrit qu'il est possible que son souci de la légitimité de l'élection de Mme Clinton, alors donnée gagnante par les sondages, eût eu « plus de poids que si l'élection avait paru serrée ou si Donald Trump avait été en avance dans les sondages ».

Hillary Clinton a déclaré par la suite croire que l'annonce par James Comey de la réouverture de l'enquête sur elle, dans une lettre rendue publique, avait joué un rôle dans sa défaite à la présidentielle.

« Après la lettre de Comey, mon élan a été stoppé », a-t-elle déclaré à la radio publique NPR fin 2017. « Mes chiffres dans les sondages ont chuté, nous avons lutté pour les faire remonter, et nous étions à court de temps », a-t-elle dit.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chien refuse qu'on le prenne en photo





Rabais de la semaine