Retour

Commerce et Corée du Nord au coeur d'une visite en Asie pour Trump

Le président des États-Unis, Donald Trump, est arrivé dimanche au Japon, la première étape d'un voyage de 12 jours en Asie. S'adressant aux soldats de la base américaine de Yokota, il a qualifié le Japon de « partenaire précieux » et « d'allié crucial ».

Une déclaration qui n’a rien d’anodin, au moment où le président américain tente de présenter un front uni avec les dirigeants du Japon et de la Corée du Sud face à la Corée du Nord, sur laquelle il accentue la pression.

Dès les premiers moments du plus long voyage d’un président des États-Unis en Asie depuis 25 ans, Donald Trump a dénoncé la Corée du Nord comme étant « un gros problème » qui doit « être résolu ». « Aucun régime ne doit sous-estimer la détermination américaine », a-t-il lancé.

Le chef de la Maison-Blanche a déclaré, à bord d’Air Force One, qu’une décision serait bientôt prise à propos de l’ajout ou non de la Corée du Nord sur la liste de pays qui soutiennent le terrorisme.

L’administration américaine entend prendre les choses en main après « 25 années de défaillance », a indiqué Donald Trump.

« Nous allons procéder d’une tout autre manière », a dit le président américain, sans préciser sa pensée.

Dans une entrevue à l’émission Full Measure diffusée dimanche, le président américain Donald Trump n'a pas exclu une rencontre avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. « Je serais bien sûr prêt à faire ça, mais attendons de voir la tournure que ça prend, je pense que c'est bien trop tôt », a-t-il ajouté.

En mai, le président américain avait affirmé qu’il serait « honoré » de rencontrer Kim Jong-un « si les conditions étaient réunies ».

Exercice militaire conjoint

Des avions militaires américains, accompagnés de chasseurs japonais et sud-coréens, ont mené un exercice conjoint dans l’espace aérien sud-coréen, vendredi.

Selon des médias locaux, les services de renseignement de Séoul ont lancé un avis concernant la préparation possible d’un tir de missile par la Corée du Nord.

Après son passage sur la base militaire de Yokota, le président a rencontré le premier ministre japonais Shinzo Abe.

Les deux dirigeants, amateurs de golf, ont développé leur relation depuis que Shinzo Abe a rencontré Donald Trump pour une première fois avant même son investiture, en novembre 2016 à New York.

Le premier ministre japonais sort renforcé de récentes élections législatives anticipées, largement remportées par sa coalition conservatrice. Il appuie la politique de Donald Trump, qui consiste à exercer un maximum de pression sur le régime nord-coréen de Kim Jong-un.

Enjeux commerciaux

Outre la question des programmes de missiles et nucléaire de la Corée du Nord, les questions commerciales prendront plus de place quand M. Trump participera aux sommets de Coopération économique pour l'Asie-Pacifique, au Vietnam, et de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est, aux Philippines.

M. Trump a souvent déclaré que l'Asie - et surtout la Chine et le Japon - était à l'origine des problèmes économiques des États-Unis. « Nos déficits commerciaux avec la Chine sont astronomiques, a déclaré M. Trump avant son départ pour l’Asie. Ils sont tellement énormes que c'est gênant de donner le chiffre ».

Le président américain a déjà menacé d'imposer des tarifs douaniers de 45 % sur les importations chinoises, mais a depuis tempéré son discours pour obtenir la collaboration de Pékin face à la Corée du Nord.

Le président américain a ajouté avoir prévu de rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine durant ce voyage de 12 jours en Asie.

Les deux hommes devraient discuter en marge du sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique, à Danang, au Vietnam.

« Je crois que c'est entendu que nous allons nous rencontrer. Je veux l'aide de Poutine sur la Corée du Nord », a expliqué Trump lors de son vol à bord d'Air Force One.

Manifestation anti-Trump à Séoul

Des manifestants opposés aux politiques de Donald Trump ont pris part à un rassemblement dimanche près de l’ambassade américaine à Séoul où le président américain est attendu en début de semaine.

Les milliers de manifestants ont réclamé la paix entre les États-Unis et la Corée du Nord. Plusieurs d’entre eux accusent M. Trump d'aggraver les risques de conflit avec Pyongyang.

« Trump et Kim [Jong-un] utilisent la crise militaire actuelle pour servir leurs propres intérêts politiques, pendant que nous, les Sud-Coréens, sommes en train de trembler de peur », a déclaré une manifestante. « Nous sommes inquiets des conséquences de la rhétorique hostile de Trump, qui semble inciter à la guerre ».

Plus d'articles

Commentaires