Retour

Comprendre les élections en Turquie en 3 temps

Les Turcs vont aux urnes dimanche pour la deuxième fois en cinq mois. Le président, Recep Tayyip Erdogan, espère ainsi retrouver la majorité absolue qu'il avait perdue en juin au profit du parti prokurde HDP. Gagnera-t-il son pari?

1. Celui qui tire les ficelles

Au pouvoir depuis 13 ans, Recep Tayyip Erdogan a été salué au départ comme un réformiste. Premier ministre sous la bannière du Parti de la justice et du développement (AKP), il a mis en place plusieurs réformes importantes, notamment sur le plan économique, et a beaucoup poussé pour que son parti intègre l'Union européenne.

Encore très populaire auprès de sa base, il est néanmoins controversé. Plusieurs lui reprochent une dérive autoritaire. Ses opposants parlent même d'une « dictature naissante » en raison de mesures répressives ciblant les manifestants et les médias d'opposition, du blocage occasionnel des réseaux sociaux et de l'adoption de dispositions visant à augmenter son pouvoir.

Après trois mandats comme premier ministre, Erdogan a été élu président en 2014. Il souhaite maintenant changer la constitution pour augmenter les pouvoirs de la présidence au détriment du Parlement. Son parti n'ayant pas obtenu la majorité absolue dont il avait besoin aux élections législatives de juin, il veut maintenant y parvenir dans le cadre de ce nouveau scrutin.

Dans son rapport annuel sur la Turquie, qui n'a pas encore été publié, mais dont Reuters a obtenu copie, l'Union européenne se montre très critique envers Ankara. Elle dit constater une forte emprise de l'AKP sur l'administration publique et s'inquiète de certaines dispositions législatives sur la liberté d'expression et de réunion ainsi que sur l'État de droit « qui vont à l'encontre des normes européennes ».

2. Ses adversaires

C'est l'émergence du Parti démocratique du peuple (HDP, prokurde) qui aurait coûté la majorité à l'AKP lors des élections de juin. À sa tête se trouvent Figen Yuksekdag et Selahattin Demirtas, avocat spécialiste en droits de la personne, dont le frère est un combattant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Le HDP a obtenu 13 % des voix et 80 sièges de députés au Parlement en réussissant à élargir sa base électorale. Il a attiré les votes d'électeurs non-Kurdes avec une plate-forme libérale qui met l'emphase sur les droits des homosexuels et des femmes ainsi que sur la justice sociale.

Le principal parti d'opposition est le Parti républicain du peuple (CHP, centre gauche), qui a obtenu 25 % des voix aux élections de juin. Le CHP, dirigé par Kemal Kilicdaroglu, a été fondé par Mustafa Kemal Atatürk, bâtisseur de la Turquie moderne. Erdogan pourrait s'appuyer sur le CHP pour tenter de bâtir une coalition.

Enfin, le Parti d'action nationaliste (MHP, extrême droite) est dirigé par Devlet Bahceli. Le MHP est le seul des quatre grands partis qui rejette formellement toute négociation avec le PKK et préfère une solution militaire.

3. La question kurde

La reprise des combats, cet été, entre les forces de sécurité turques et les rebelles du PKK a remis la question kurde à l'avant-plan.

En juillet, à la suite d'un attentat meurtrier dans le sud du pays, Ankara a annoncé une « guerre synchronisée contre le terrorisme », visant à la fois le groupe armé État islamique (EI) en Syrie et des bases du PKK dans le nord de l'Irak.

Mais la priorité du gouvernement turc semble être la lutte contre la guérilla kurde. Dans les derniers mois, quelque 2000 membres du PKK ainsi que 150 soldats et policiers turcs ont été tués dans des combats. Plus de 3300 personnes ont été arrêtées, incluant des élus kurdes du sud-est du pays. Ils sont accusés d'avoir tenté de « détruire » l'unité nationale pour avoir déclaré un statut d'auto-administration dans la zone qu'ils gouvernent.

Le chef du parti prokurde HDP, Selahattin Demirtas, est régulièrement accusé, lui aussi, de « menacer la sécurité nationale » pour son refus de condamner spécifiquement les actions du PKK.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine