Ted Cruz a remporté l'intégralité des 14 délégués pour la convention républicaine qui étaient en jeu samedi dans le Wyoming face à son grand rival Donald Trump, ce dernier n'ayant guère fourni d'efforts pour tenter de remporter cet État rural qui n'organise pas de primaire.

Le sénateur du Texas réduit ainsi légèrement l'écart qui le sépare du magnat new-yorkais de l'immobilier dans la course pour la désignation du futur candidat du « Grand Old Party » à la Maison-Blanche.

Ted Cruz tente d'empêcher Donald Trump de disposer avant la convention de Cleveland, en juillet, des 1237 délégués nécessaires pour s'assurer la nomination. Et c'est en grignotant du terrain État par État qu'il espère parvenir à ses fins, avec l'appui à peine voilé de la direction du Parti républicain qui fait tout pour ne pas être représentée à la présidentielle par Donald Trump.

Ce dernier l'a déjà emporté dans 21 États depuis le début du processus de désignation des délégués, contre désormais 10 pour Cruz, mais il ne dispose que d'une avance de 196 délégués (755 contre 559) ce qui signifie qu'il doit gagner près de 60 % de ceux qui restent à désigner d'ici juillet. Autrement, Cleveland accueillera une convention dite négociée, au cours de laquelle le parti pourrait désigner un candidat autre que celui arrivé en tête des primaires.

Le Wyoming n'organise pas une primaire, mais une convention locale qui a réuni samedi à Casper 475 représentants locaux du parti chargés de désigner 14 délégués. Douze autres délégués ont déjà été choisis par chacun des comtés de l'État; Cruz en a remporté 10 et Trump un, le douzième étant « non-engagé ».

Ted Cruz s'est adressé samedi aux participants de la convention de Casper alors que Donald Trump a choisi de se faire représenter par Sarah Palin, l'ex-gouverneure de l'Alaska, qui reste populaire dans l'aile conservatrice du camp républicain. Mais cette dernière a elle-même annulé son intervention à la dernière minute.

Au même moment, Donald Trump prononçait un discours à Syracuse, dans l'État de New York, où la primaire républicaine aura lieu mardi. L'homme d'affaires s'en est une nouvelle fois vivement pris aux désignations contrôlées par le parti dans des États comme le Wyoming et avant lui le Colorado. Il a assuré que la colère grandissait dans les rangs de ses partisans.

« Ils deviennent fous, ils sont en colère », a-t-il dit. « Les chefs leur ont volé leur vote. »

Le Wyoming étant le premier État américain producteur de charbon, Ted Cruz a pour sa part dénoncé les « attaques » démocrates contre les combustibles fossiles, affirmant que le président Barack Obama avait tenté de ruiner le secteur du charbon en faisant adopter de nouvelles normes antipollution.

« L'Amérique est l'Arabie saoudite du charbon et nous allons développer notre secteur », a dit Ted Cruz.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine