Retour

De nouveaux indices pour retrouver l'avion disparu de la Malaysia Airlines

Des scientifiques ont déterminé trois nouvelles zones dans le sud de l'océan Indien où pourrait se trouver l'épave du vol MH370, disparu des écrans radars il y a plus de trois ans avec 239 passagers et membres d'équipage à son bord.

Les recherches, suspendues en janvier, n’ont permis de retrouver qu’une vingtaine de débris sur le littoral occidental de l'océan Indien et, depuis, le mystère reste entier.

Mais les scientifiques persistent à vouloir retrouver la trace de cet avion de la Malaysia Airlines qui a disparu après son départ de Kuala Lumpur le 8 mars 2014.

L’organisation scientifique australienne CSIRO a analysé, en mars, des images satellites françaises prises deux semaines après la tragédie aérienne. Une douzaine de débris observés sur ces images par les experts australiens, révélées mercredi, ravivent l’espoir de résoudre le mystère.

Leur emplacement pourrait en effet fournir un nouveau point de départ en vue d’une reprise éventuelle des recherches, interrompues faute de progrès significatifs.

« Soit il s’agit d’un bon indice [qui permet de savoir] où commencer, soit c'est une fausse piste, a souligné l’océanographe de CSIRO David Griffin. Mais pourquoi l’ignorer si les recherches reprenaient? »

Or, l’Agence australienne de sécurité des transports tempère déjà leurs espoirs. « Il faut rester prudent, puisque rien n’indique que les débris aperçus sur les images satellites ont un lien avec le MH370 », a tenu à préciser le commissaire Greg Hood.

Même sans cette certitude, ils pourraient fournir une nouvelle piste situant le lieu où pourraient recommencer les recherches pour retrouver l'appareil.

Avant la suspension des recherches, les autorités avaient concentré leurs efforts dans un périmètre de 25 000 kilomètres carrés au sud-ouest de l’Australie.

Cette zone avait été délimitée par un panel d'experts comme l'endroit probable où pourrait se trouver le Boeing 777, qui n'a jamais atteint Pékin et aurait sombré dans l'océan après avoir épuisé son carburant.

Reprendre les recherches?

La Malaisie, la Chine et l’Australie ont suspendu leurs recherches en janvier, après avoir passé au peigne fin plus de 120 000 kilomètres carrés de fonds marins.

Les trois pays ont convenu de ne reprendre le large que si de nouvelles preuves permettaient de situer plus précisément l’emplacement de l’épave.

La compagnie américaine d'exploration maritime Ocean Infinity a cependant offert de reprendre les recherches à ses frais, en demandant à la Malaisie de ne lui offrir une récompense que si elle retrouvait l’épave.

Le groupe de soutien aux familles des victimes, Voice370, a pressé les autorités d’accepter cette offre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine