Retour

De nouvelles sanctions contre le Venezuela visent entre autres le frère d'Hugo Chavez

Les autorités américaines instaurent de nouvelles sanctions contre le Venezuela, cette fois contre huit personnalités, en raison de leurs liens avec le président Nicolas Maduro.

Parmi ces personnalités figure Adan Chavez, le frère aîné de l'ancien président Hugo Chavez. Il est secrétaire de l'Assemblée constituante, dont la création attise la crise politique au Venezuela.

Les sanctions comprennent le gel des actifs de ces huit personnalités aux États-Unis et l'interdiction de s'y rendre. Il est aussi interdit aux Américains d'avoir une quelconque relation commerciale avec ces personnes.

« Le président Maduro a installé son Assemblée constituante illégitime pour asseoir un peu plus sa dictature et resserrer encore son emprise sur le pays », a déclaré le secrétaire au Trésor des États-Unis, Steve Mnuchin.

Washington a annoncé la semaine dernière une série de sanctions contre le président Maduro après avoir sanctionné 13 dirigeants vénézuéliens, le 26 juillet.

Les adversaires de Nicolas Maduro ont reçu le soutien mardi de l'ONU, qui a dénoncé « un usage excessif de la force » lors des manifestations, lesquelles ont fait 125 morts en quatre mois.

Douze pays d'Amérique latine et le Canada ont condamné une « rupture de l'ordre démocratique ». Ces dernières semaines, les États-Unis, le Vatican et l'Union européenne ont fustigé la radicalisation du gouvernement vénézuélien.

Dimanche dernier, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de Valencia, la deuxième ville du pays, en soutien au soulèvement d’une brigade de blindés. Mais vers midi, la majorité des manifestants avaient été largement dissipés par une intervention au gaz lacrymogène.

Lundi, des cyberattaques ont visé des sites Internet du gouvernement, de la Cour suprême, du Parlement, mais aussi d'entreprises privées. L'opération a été revendiquée par un groupe sous le nom de « The binary guardians », qui a appelé les Vénézuéliens à manifester.

L'Assemblée constituante, mise sur pied par le président Nicolas Maduro, a été inaugurée vendredi dernier en présence des 545 membres élus le 31 juillet, lors d’un scrutin contesté par l’opposition et au cours duquel 10 personnes ont perdu la vie.

Elle a amorcé ses travaux en destituant la procureure générale Luisa Ortega, une ancienne chaviste devenue opposante.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine