Retour

Début du procès d’un réalisateur ukrainien accusé de terrorisme en Russie

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a plaidé non coupable des accusations de terrorisme qui pèsent contre lui lors de l'audience d'ouverture de son procès dans la ville de Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie.

Originaire de la Crimée, Oleg Sentsov est détenu depuis mai 2014 par les autorités russes. Il a été arrêté chez lui après une manifestation contestant l'annexion de la Crimée à la Russie. Il est accusé d'avoir coordonné un groupe d'activistes affiliés à un mouvement paramilitaire ultranationaliste ukrainien, qui prend pour cible des organisations russes.

Des observateurs internationaux estiment que le procès du réalisateur sera arbitraire et qu'il a été organisé en guise de représailles par Moscou en raison de son implication dans les mouvements contestataires.

Contrairement à d'autres citoyens de la Crimée, Oleg Sentsov n'a jamais demandé la citoyenneté russe. Les avocats de la défense avancent que pour cette raison, son arrestation relève de « l'enlèvement ». La poursuite a répliqué en indiquant que le réalisateur s'était vu remettre un passeport russe durant sa détention et que son arrestation était tout à fait légale.

Plusieurs acteurs du milieu du cinéma russe ont demandé au président Vladimir Poutine de libérer Oleg Sentsov. Une vingtaine de réalisateurs et de producteurs européens se sont également inquiétés en juin du sort du réalisateur.

Le président ukrainien Petro Porochenko a invoqué la clémence lors d'une conversation téléphonique avec son homologue russe. Son gouvernement considère Oleg Sentsov comme un prisonnier politique.

Le cinéaste est passible d'un maximum de 20 ans de prison s'il est reconnu coupable.

Il a été l'une des figures de proue du mouvement populaire qui a renversé le président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine