Retour

Démission du conseiller à la Sécurité intérieure des États-Unis

L'administration du président Donald Trump a essuyé une nouvelle démission mardi. Cette fois, c'était au tour du conseiller à la Sécurité intérieure, Tom Bossert, de quitter son poste à la Maison-Blanche.

L'annonce de ce nouveau départ dans l'entourage du président Trump a fait l'objet d'un simple communiqué, émis par sa porte-parole Sarah Sanders.

« Le président est reconnaissant de l'engagement de Tom en faveur de la sûreté de notre grand pays. Tom a supervisé les efforts de la Maison-Blanche pour protéger la patrie des menaces terroristes, pour renforcer nos cyberdéfenses et répondre à une série de catastrophes naturelles sans précédent », est- il écrit..

La Maison-Blanche n'a pas précisé les raisons du départ de Tom Bossert ni le moment à partir duquel sa démission prendra effet.

Ce départ soudain du conseiller Bossert survient au lendemain de l’entrée en fonction de John Bolton à la tête du Conseil de sécurité nationale, en remplacement de H.R. McMaster, qui avait lui-même été congédié par le président.

Reconnu comme un homme qui oeuvrait en première ligne, notamment dans le dossier des catastrophes naturelles ou de la lutte contre les cyberattaques, Tom Bossert avait aussi participé à la lutte contre le groupe armé État islamique (EI) en se rendant en Irak, en avril 2017, aux côtés du gendre et conseiller du président Trump, Jared Kushner.

Il quitte la Maison-Blanche alors que le président Trump laisse planer la menace d’une intervention militaire en Syrie à la suite de récentes attaques au gaz contre des civils dans la ville de Douma, dernier bastion rebelle aux portes de la capitale syrienne.

Tom Bossert avait tout récemment déclaré sur les ondes de ABC « qu'il n'écartait pas » une intervention militaire en Syrie, considérant que le recours aux armes chimiques est « une pratique inacceptable ».

Selon un décompte du réseau ABC, pas moins d'une trentaine de collaborateurs, conseillers, directeur d'agence et secrétaires ont quitté l'administration du président Trump ou ont été congédiés depuis son élection, à l'automne 2016.

Plus d'articles