Retour

Derniers adieux au père Jacques Hamel, victime d’un attentat islamiste

Quelque 2000 personnes étreintes par l'émotion se sont massées mardi à l'intérieur de la cathédrale de Rouen, en France, pour les funérailles du prêtre catholique assassiné par deux djihadistes le 27 juillet.

Les funérailles de Jacques Hamel ont été célébrées par l'archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, en présence du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Quatre hommes ont porté le cercueil à l'intérieur de l'église de style gothique. Plusieurs prêtres portant l'aube blanche et l'étole violette - couleur du deuil - ont marché avec le cercueil. Ils l'ont ensuite posé sur le sol devant l'autel.

« Faudra-t-il d'autres tueries pour nous convertir à l'amour, et à la justice qui construit l'amour? », a demandé Mgr Lebrun dans son homélie, en réclamant « la justice et l'amour entre les personnes et les peuples, de quelque côté de la Méditerranée ils se situent. Trop de morts au Moyen-Orient, trop de morts en Afrique, trop de morts en Amérique! Trop de morts violentes, cela suffit! »

« Le mal est un mystère. Il atteint des sommets d'horreur qui nous font sortir de l'humain. N'est-ce pas ce que tu as voulu dire, Jacques, par tes derniers mots? Tombé à terre à la suite de premiers coups de couteau, tu essaies de repousser ton assaillant avec tes pieds, et tu dis : "Va-t'en, Satan!" Tu répètes : "Va-t'en, Satan!" Tu exprimais alors ta foi en l'homme créé bon, que le diable agrippe. »

Des mesures de sécurité exceptionnelles avaient été prises et de nombreux policiers assuraient la sécurité, fouillant chaque personne qui entrait dans l'église. Une vingtaine de camions des forces de l'ordre étaient sur place.

Solidarité interreligieuse

Quelques musulmans étaient présents pour se montrer solidaires.

La cérémonie était retransmise sur un écran à l'extérieur. Des centaines de personnes l'y ont suivie, bravant la pluie.

La mise en terre de la dépouille devait se faire en privé, dans un lieu que la famille souhaitait garder secret.

Le père Jacques Hamel a été attaqué et égorgé en pleine messe dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray. Le meurtre a été revendiqué par le groupe armé État islamique.

Dimanche, des centaines de musulmans de France et d'Italie avaient assisté à des messes catholiques, dans un geste de solidarité interreligieuse.

L'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, où le père Hamel avait officié pendant près de 50 ans, restera fermée encore plusieurs semaines, a indiqué le diocèse. Un « rite pénitentiel de réparation » devra être exécuté pour permettre la réouverture du lieu et la reprise du culte après sa profanation.

À lire aussi :

Plus d'articles

Commentaires