Retour

Des employés québécois de Cavalia emprisonnés en Chine

EXCLUSIF - Au moins deux employés de la compagnie québécoise de spectacles équestres Cavalia, des Québécois, sont en prison en Chine depuis une semaine, parce qu'ils auraient consommé du cannabis. La police chinoise a mené un coup de filet dans leur hôtel, il y a quelques jours.

Un texte de Thomas Gerbet

Le 14 juillet, la police chinoise a mené une descente dans un hôtel de Pékin occupé par des employés de Cavalia. Des tests pour dépister la consommation de marijuana ont été menés. Plusieurs arrestations ont eu lieu, entre autre parmi des membres de l'équipe technique. Deux Québécois sont toujours détenus, mais des travailleurs d'autres nationalités pourraient avoir été arrêtés dans le même coup de filet.

Les services d'aide d'urgence du gouvernement canadien ont été avisés le lendemain, mais l'assistance consulaire n'a été délivrée que trois jours plus tard, le 18 juillet.

Selon une source diplomatique, les deux détenus devraient être expulsés du pays le 23 juillet. Les autorités chinoises ont demandé à la compagnie Cavalia d'acheter des billets de retour pour préparer cette expulsion.

Dans un premier temps, jeudi matin, le porte-parole de Cavalia, Éric Paquette, n'a souhaité « ni confirmer ni infirmer » l'information. Puis, en fin de journée, il a confirmé à Radio-Canada que « des employés » avaient des soucis avec les autorités chinoises. M. Paquette justifie sa discrétion en disant avoir voulu « protéger la vie privée » des employés et pour ne pas « nuire à leur capacité d'être rapatriés ».

En Chine, il est courant que des personnes soient détenues pendant le déroulement d’une enquête avant même que des accusations ne soient portées contre elles. Cette détention peut être longue. Certains avocats peuvent se montrer réticents à accepter des causes dans lesquelles sont impliqués des étrangers.

Les autorités chinoises accordent beaucoup d'importance au respect de la législation sur les stupéfiants. La possession, l’usage, la production et le trafic de stupéfiants sont sévèrement sanctionnés. La détention de plus de 50 grammes de drogue, quelle qu'elle soit, est passible de la peine de mort.

Des contrôles inopinés de dépistage de la consommation de produits stupéfiants par les forces de l'ordre ont régulièrement lieu dans les bars ou les établissements de nuit. En cas de résultat positif, les contrevenants s’exposent à une mise en détention, éventuellement suivie d’une expulsion du territoire chinois s'ils sont des étrangers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine