Retour

Des équipes de recherche scrutent les décombres en Californie

Des équipes de recherche et de sauvetage, dont certaines accompagnées de chiens pisteurs, ont commencé à chercher des corps dans certaines régions vinicoles de la Californie dévastées par d'importants feux de forêt. La présence de ces escouades indique que plus de cadavres devraient être extirpés des ruines des communautés ravagées par les flammes.

Au moins 31 personnes sont mortes et au moins 3500 bâtiments – résidences ou commerces – ont été détruits par les flammes depuis le déclenchement de ces incendies, dimanche dernier. Les incendies pourraient devenir les plus destructeurs et les plus mortels de l’histoire de la Californie.

Le shérif du comté de Sonoma, Robert Giordano, a indiqué que les autorités enquêtent sur les centaines de cas de disparition. Les équipes conduiront des recherches ciblées en visitant la dernière adresse connue des personnes disparues.

Certains corps ont été identifiés grâce à des dispositifs médicaux - comme des hanches artificielles et des implants métalliques – dotés de numéros de série qui permettent d'établir l'identité des propriétaires.

Confusion sur les disparus

Les autorités de la Californie, occupées à combattre les violents incendies qui ravagent l'État, peinent à établir une estimation crédible du nombre de personnes qui manquent à l'appel, mais il s'agirait vraisemblablement de centaines de personnes.

Le shérif du comté de Sonoma, Robert Giordano, indique que ses enquêteurs commencent à travailler sur les cas de personnes disparues, et ce, un dossier à la fois. Ils limitent toutefois leurs recherches aux « zones froides » qu’ils peuvent atteindre.

Plusieurs quartiers sont inaccessibles aux pompiers en raison de l’intensité des flammes qui les ravagent. Les secouristes ne peuvent donc aller vérifier si des gens qui sont portés disparus se trouvent dans leur domicile ou s’ils se sont réfugiés ailleurs.

Certaines personnes signalées comme manquantes seraient en fait tout simplement incapables de contacter leurs proches en raison de problèmes de communication, alors que d’autres auraient été comptabilisées en double. « La dévastation est énorme, a déclaré M. Giordano. Nous ne pouvons même pas entrer dans la plupart des secteurs. »

« Nous recevons des appels de gens recherchant des individus qui n'ont pas disparu, mais qui ont trouvé refuge chez des amis, et nous ne savons pas où ils sont », a déclaré le superviseur du comté de Napa, Brad Wagenknecht.

Les autorités conviennent toutefois que d’autres personnes portées disparues viendront alourdir le bilan des victimes.

Les incendies, qui ravagent la région vinicole de la Californie, progressent rapidement et se renforcent en raison de la force des vents et de l’absence d’humidité.

Ratés dans les communications

Les comtés utilisent une panoplie de moyens pour envoyer des avertissements aux gens, mais les systèmes d’alerte reposent sur le cellulaire, le téléphone fixe et Internet pour rejoindre les citoyens.

La direction des pompiers de l’État a déclaré que, bien que la priorité soit d’évacuer les gens hors des zones d’incendie actif, un bilan sera effectué afin d’étudier l’efficacité du système d’alerte. On s'interrogera notamment sur la possibilité de contacter tous les citoyens en si peu de temps.

« Les gens étaient au lit, endormis, autour de minuit, et les incendies sont arrivés rapidement sur cette communauté sans avertissement, et ce, en quelques minutes », a déclaré le chef de l’agence de lutte contre les incendies de l’État, Ken Pimlott. « Il n’y avait que très peu de temps pour avertir les gens par tous les moyens. »

Dans les cas d’urgence de cet ordre, quelques minutes ou même quelques secondes peuvent sauver des vies. Or, le système d’alerte a démontré des failles. Ce n’est malheureusement pas tout le monde qui peut recevoir le message.

Priorité aux incendies

Aux prises avec de nombreux feux en activité et hors de contrôle, les autorités soulignent que la recherche des disparus ne constitue pas une priorité.

« Nous ne pouvons fouiller qu’un certain nombre d’endroits, et nous disposons d’un personnel limité pour vérifier une telle multitude de dossiers », a déclaré le shérif Giordano.

Devant cette situation, proches et amis s’en remettent aux réseaux sociaux pour tenter de retrouver les personnes manquantes en publiant des statuts comme « Mon grand-papa Robert est recherché », « Nous recherchons notre mère, Norma » ou « Je ne trouve pas ma mère ».

Cette pratique a été popularisée dans la foulée des ouragans Harvey, Irma et Maria, tout comme lors du massacre de Las Vegas.

D’autres font le tour des hôpitaux et des centres d’hébergement mis sur pied par les autorités, mais les lois protégeant la vie privée interdisent aux responsables de publier la liste des noms des personnes hébergées. Les gens à la recherche de proches ne peuvent que laisser des notes à l’intention de leurs chers disparus.

Au moins 3500 maisons et commerces ont été détruits par les incendies de forêt qui ravagent la Californie depuis dimanche, une statistique qui les fait occuper la troisième place des incendies les plus meurtriers et les plus destructeurs de l'histoire de l'État.

Les flammes ont ravagé jusqu'à présent plus de 680 kilomètres carrés, blessant également 180 personnes.

Plus d'articles

Commentaires