Retour

Des inspections supplémentaires ordonnées après l'accident d’un avion de Southwest

La Direction générale de l'aviation civile américaine (FAA) exige que des inspections soient réalisées sur les lames de ventilateurs de moteurs comme celui mis en cause dans l'accident d'un avion de Southwest Airlines qui a coûté la vie à une femme, mardi, et provoqué un atterrissage d'urgence à Philadelphie.

Tard mercredi soir, le régulateur américain a fait savoir par voie de communiqué qu’une directive serait envoyée d’ici deux semaines pour « imposer une inspection par ultrasons des lames de ventilateurs [des moteurs CFM56-7B] après un certain nombre de décollages et atterrissages ».

« Toute lame qui raterait le test devra être remplacée », affirme la Federal Aviation Administration.

Lors de l'accident, mardi, des morceaux de métal se sont détachés du moteur, brisant un hublot, dépressurisant la cabine et happant partiellement une passagère, Jennifer Riordan, qui a succombé à ses blessures après l’atterrissage d’urgence à Philadelphie.

L’inspection préliminaire du Boeing 737 qui effectuait la liaison entre New York et Dallas démontre qu’une lame du ventilateur du moteur s’est détachée à la suite d’une « usure du métal », soit des fissures microscopiques qui peuvent s'élargir brutalement dans certaines conditions de vol.

Le président du conseil du Bureau américain de la sécurité des transports (National Transportation Safety Board ou NTSB), Robert Sumwalt, a indiqué mercredi que l'incident a endommagé le carénage du moteur, dont plusieurs morceaux ont été retrouvés au sol.

M. Sumwalt s'est dit « très préoccupé par ce point particulier », tout en notant que cette famille de moteurs, fabriquée par la coentreprise CFM de l'américain General Electric et du français Safran et largement utilisée sur les Boeing 737, avait un bilan de sécurité solide.

« S'il y avait un problème plus profond, nous avons la possibilité d'émettre des recommandations urgentes de sécurité », a-t-il ajouté.

La compagnie Southwest a déjà annoncé des inspections supplémentaires de ses moteurs CFM-56, qui devraient être complétées « dans les 30 jours ».

Pas le premier incident du genre

Le NTSB avait aussi attribué à l’usure de métal un atterrissage d’urgence en Floride d’un avion de Southwest Airlines, en août 2016.

Équipé d'un CFM-56, le Boeing 737 avait eu un problème de défaillance de moteur. Il avait réussi à se poser au sol sans faire de victime.

En juin 2017, la coentreprise CFM International avait appelé les compagnies à mener des inspections supplémentaires par ultrasons des lames de ventilateurs, selon plusieurs journaux américains.

La FAA avait ensuite également proposé de telles inspections, mais sans publier de directive contraignante.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine