Retour

Des millions d'œufs contaminés par un insecticide en Europe

Après les Pays-Bas, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse et la Suède, c'est au tour de la France et de la Grande-Bretagne d'être touchées par le scandale des œufs. Des millions de poules pourraient être abattues en Europe.

La crise a éclaté après la découverte de proportions anormalement élevées de résidus de fipronil dans des œufs vendus en Belgique et aux Pays-Bas. Il s’agit d’un insecticide utilisé pour éradiquer le pou rouge sur les poules.

Quand il est présent en grande quantité, le fipronil peut être « modérément toxique » pour l'homme, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). D’ailleurs, il est interdit de l’utiliser chez les animaux destinés à la consommation humaine.

D’énormes quantités d'œufs ont d'ores et déjà été retirées des rayons dans des supermarchés de plusieurs pays européens.

Tout a commencé la semaine dernière aux Pays-Bas, où jusqu'à 180 élevages ont été bloqués et des rappels massifs ordonnés. La crise s’est par la suite étendue à l'Allemagne, la Suisse et la Suède, où des millions d'œufs provenant des Pays-Bas ont été rappelés et détruits.

Lundi, l'Autorité britannique de sécurité alimentaire a mentionné que « le nombre d'œufs [contaminés] est très limité et le risque pour la santé publique très faible ». Elle affirme toutefois qu’elle enquête « en urgence sur la distribution de ces œufs au Royaume-Uni ».

Pour sa part, le ministère français de l’Agriculture, qui fait état de la livraison au pays de « 13 lots d'œufs contaminés en provenance des Pays-Bas », annonce que des « des investigations sont menées […] pour évaluer la situation et bloquer les produits incriminés à des fins d'analyses ».

Enquêtes en cours

Un élevage de poules pondeuses du Pas-de-Calais, dans le nord de la France, est bloqué depuis le 28 juillet, en raison de craintes d'une contamination au fipronil.

Des représentants des exploitations touchées veulent que des indemnités leur soient versées dès que les responsabilités seront clairement établies. Des enquêtes pénales sont déjà en cours aux Pays-Bas et en Belgique.

Des aviculteurs disent avoir eu recours aux services de la société néerlandaise spécialisée dans la désinfection d'élevages ChickFriend. Cette entreprise est soupçonnée d'avoir frauduleusement employé du fipronil dans un produit antiparasitaire commercialisé sous le nom de DEGA 16.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine