Retour

Des missiles balistiques intercontinentaux vus à Pyongyang, dit Séoul

L'armée sud-coréenne dit estimer que les missiles présentés samedi lors du grand défilé organisé à Pyongyang, la capitale nord-coréenne, pour la fête nationale, comprennent deux nouveaux types de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Samedi est le « Jour du soleil » en Corée du Nord, qui marque le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de ce régime communiste dynastique, Kim Il-sung, grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong-un.

Celui-ci a assisté au défilé à Pyongyang, où des armements divers étaient présentés alors que les observateurs se demandent si la Corée du Nord ne va pas procéder à un sixième essai nucléaire et s'interrogent sur la position des États-Unis concernant la Corée du Nord.

Menace de représailles

La Corée du Nord a appelé les États-Unis à mettre fin à leur « hystérie militaire » sous peine de représailles, alors qu'un groupe aéronaval américain se dirige vers la péninsule coréenne.

Une action militaire des États-Unis contre la Corée du Nord, qui a continué ses essais nucléaires et ses tirs de missiles au mépris des sanctions internationales, apparaît plus plausible depuis le bombardement par l'armée américaine en fin de semaine dernière d'une base aérienne syrienne en réponse à une attaque chimique contre un village, dont Washington estime Damas responsable.

« Les actions scélérates des États-Unis dans les domaines politique, économique et militaire, conformément à leur politique hostile envers la RPDC, seront totalement déjouées par les contre-attaques les plus dures de l'armée et du peuple de la RPDC », a déclaré un porte-parole de l'état-major de l'armée cité par l'agence de presse officielle nord-coréenne, KCNA.

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) est le nom officiel de la Corée du Nord.

« Phase dangereuse »

Les États-Unis ont fait savoir que leur politique de « patience stratégique » était terminée. Le vice-président Mike Pence est attendu en Corée du Sud dimanche dans le cadre d'une tournée de 10 jours en Asie prévue de longue date.

La Chine, voisine et alliée de la Corée du Nord, a préconisé vendredi l'apaisement.

« Nous invitons toutes les parties à éviter les provocations et les menaces, que ce soit en paroles ou en actes, et à ne pas permettre que la situation prenne une tournure irréversible », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

Vendredi, la Corée du Nord a accusé les États-Unis d'apporter « des ressources nucléaires stratégiques énormes » dans la région, allusion au groupe aéronaval USS Carl Vinson envoyé par les États-Unis dans la région et dont le bâtiment vedette est un porte-avion à propulsion nucléaire. Pyongyang s'est dit prêt à riposter.

« L'administration Trump, qui a fait une frappe surprise [...] le 6 avril en Syrie, est entrée dans la voie de la menace ouverte et du chantage », indique un communiqué de l'armée cité par KCNA.

« L'armée et le peuple de la RPDC répliqueront, courageusement comme toujours, à ceux qui empiètent sur la dignité et la souveraineté de la RPDC et anéantiront toujours impitoyablement toutes les provocations des États-Unis par la contre-attaque la plus dure de style coréen », était-il aussi déclaré.

La Corée du Nord reste d'un point de vue technique en guerre avec les États-Unis et leur allié sud-coréen. La guerre qui a opposé le Nord et le Sud de 1950 à 1953 s'est terminée par un cessez-le-feu, mais sans traité de paix.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine