Retour

Des réfugiés syriens à Ottawa inquiets pour leurs proches à Alep

Alors que la situation reste fragile à Alep, des familles de réfugiés syriens à Ottawa attendent nerveusement des nouvelles de leurs proches toujours coincés dans la ville syrienne.

Alia Alheso s’est établie à Ottawa avec son mari et ses enfants en février dernier. Elle a laissé en Syrie ses parents ainsi que sept de ses frères et sœurs. L’un de ses frères est toujours à Alep avec sa femme et leur enfant d’un mois.

Mme Alheso a reçu des nouvelles de son frère, mercredi matin, après un silence de plusieurs jours. « Il a dit : "Nous allons bien. Mais sommes entourés de dangers" [trad. libre] », raconte-t-elle.

Elle explique qu’il est très difficile de savoir que certains de ses proches vivent dans des conditions difficiles, affrontant la pénurie de nourriture et la menace des explosions.

« J’aimerais qu’ils puissent tous venir au Canada [trad. libre] », souligne-t-elle.

Fawaz Mohamed attend également des nouvelles d’Alep, où se trouvent quatre de ses sœurs. Parlant à l’aide d’un traducteur, il a confié à CBC, mercredi, être sans nouvelles d’elles depuis une semaine, ce qui l’empêche de dormir.

Samer Kadri, président de l’Association syrienne Relief Aid, soutient que son agence aide les Syriens d’Ottawa à communiquer avec leurs proches à Alep, en les aidant notamment à utiliser des applications et en se servant de contacts sur place. Il dit aussi travailler à recueillir des vêtements pour envoyer de l’aide dans la région pour ceux qui traverseront la frontière vers la Turquie.

Plus d'articles

Commentaires