Retour

Des réfugiés syriens à Saskatoon inquiets pour leurs proches à Alep

Des réfugiés syriens arrivés au Canada depuis quelques mois s'inquiètent du sort de leurs proches restés en zone dangereuse dans leurs pays d'origine. Ils interpellent la communauté internationale à intervenir tout particulièrement dans les violences qui font rage à Alep.

Intisar Dagheli et son mari Jihad Mohamad sont attristés par la guerre qui ravage leur pays. Ils ont très peu de contact avec leur famille restée à Alep. Environ une fois par mois, les communications leur permettent de parler à leurs proches.

Plusieurs aspects de la vie en Syrie manquent au couple aujourd’hui. « Tout, ma famille, ma maison, l’arabe », s’exclame Intisar Dagheli.

En quittant subitement Alep, Intisar et Jihad n’ont emporté aucun objet personnel leur rappelant leur vie syrienne.

Le Canada est maintenant devenu leur maison, mais ils espèrent revoir leur pays après la guerre. « Oui j’aimerais retourner en Syrie, à Alep », déclare ainsi Intisar Dagheli.

La famille Issa Alramou s’est elle aussi installée au Canada. Elle a dû quitter Alep lorsque le conflit s’est aggravé et qu'un membre de la famille est décédé.

Installée à Saskatoon depuis dix mois, cette famille de réfugiés souhaite que les Canadiens comprennent ce conflit et que la communauté internationale accueille plus de réfugiés syriens.

Les Syriens en Saskatchewan

Selon Immigration et citoyenneté Canada, 1143 réfugiés syriens ont été pris en charge par le gouvernement de la Saskatchewan depuis novembre 2015.

Environ 55 réfugiés syriens ont été parrainés par le secteur privé, que ce soit des entreprises et des groupes de personnes.

L'organisme Open Door Society de Saskatoon a aidé 484 nouveaux arrivants syriens depuis décembre 2015.

L’organisme estime que les plus grands défis auxquels font face les réfugiés comprennent la langue, l’hébergement, le climat et l’employabilité.

D’après les informations du journaliste Marc-Antoine Bélanger

Plus d'articles

Commentaires