Retour

Des Russes indignés par la destruction d'aliments occidentaux

La Russie a commencé à détruire des produits alimentaires occidentaux sous embargo, jeudi, malgré une levée de boucliers au sein d'une société civile qui s'appauvrit.

De la viande d'Italie jetée dans des incinérateurs, du fromage de Lettonie broyé sous les roues des tracteurs, 73 tonnes de pêches et de nectarines saisies à la frontière bélarussienne : toute la journée, les annonces de destruction de biens alimentaires dans tout le pays, ordonnées par le président Vladimir Poutine, se sont succédé, tout comme les images diffusées à la télévision.

En soirée, les autorités ont précisé qu'un total de 436 tonnes de nourriture avait été saisi, et 320 tonnes détruites.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a défendu la pertinence de la mesure et demandé aux médias de « ne pas exagérer le problème ».

Les autorités assurent que les producteurs russes seront en mesure de combler le vide.

Cette campagne coïncide avec le premier anniversaire de l'interdiction d'importer des aliments en provenance de l'Occident, mise en place pour protester contre les sanctions imposées à Moscou par l'Occident en raison de sa confrontation avec l'Ukraine. Jusqu'à présent, ces produits étaient seulement renvoyés dans leur pays d'origine.

Des quantités considérables d'aliments entrent malgré tout illégalement au pays, assortis de faux certificats, par différentes routes, dont le Bélarus.

Le décret ne spécifie pas quelles méthodes de destructions doivent être utilisées, mais indique que la destruction doit être opérée avec « tous les moyens possibles » et être filmée.

Une vague de protestation

« Mesure extrême », « barbarie ostentatoire », « guerre absurde contre la nourriture en période de crise économique », les critiques, même de la part d'alliés du Kremlin, ont fusé devant l'empressement des autorités à détruire des produits alimentaires qui auraient pu être redistribués.

L'indignation s'est amplifiée lorsque les médias ont rapporté que le ministère de l'Agriculture avait fait des démarches pour acquérir des « fours crématoires alimentaires mobiles » afin d'accélérer le processus.

Selon certains Russes, le gouvernement a perdu de vue les luttes quotidiennes auxquelles font face les citoyens ordinaires.

L'inflation annuelle touchant les denrées alimentaires dépasse les 20 %, la valeur du rouble a chuté de 40 % par rapport au dollar américain et, dans les trois premiers mois de l'année, le nombre de citoyens sous le seuil de la pauvreté a bondi de 7 millions, pour atteindre 23 millions.

Le prêtre Alexey Uminsky, de l'Église orthodoxe de Russie, qui a des liens étroits avec le Kremlin, a même assimilé cette destruction de masse à un péché.

Les auteurs d'une pétition signée par plus de 280 000 personnes sur le site Internet Change.org réclament quant à eux que la nourriture saisie soit donnée « aux anciens combattants, aux handicapés, aux familles nombreuses et à ceux qui ont souffert des récents désastres naturels ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine