Retour

Des villages arabes en Irak démolis par les Kurdes

L'organisation a publié dimanche un rapport de 80 pages sur la destruction, entre septembre 2014 et mai 2016, de maisons dans 21 villages en zone de conflit.

Dans les provinces de Kirkouk ou de Ninive, les forces de sécurité du GRK [gouvernement régional du Kurdistan] ont, village après village, détruit des maisons d'Arabes tout en épargnant celles de Kurdes, sans qu'aucun objectif militaire légitime ne le justifie.

Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient de Human Rights Watch

Outre les 21 villages sur lesquels le rapport est centré, des images satellites révèlent également des dommages qui « témoignent d'incendies et de l'usage de l'artillerie lourde et d'explosifs de forte puissance ».

« Presque toutes les 83 communes que nous avions visitées et évaluées étaient complètement ou partiellement battues en brèche, entraînant la destruction de milliers de maisons, d'édifices administratifs et commerciaux », peut-on lire dans le rapport.

De leur côté, les autorités kurdes ont nié avoir instauré une politique de destruction systématique des habitations arabes.

Selon eux, les combattants kurdes doivent démolir des maisons pour des raisons de sécurité, par exemple pour sécuriser les maisons où des bombes artisanales étaient dissimulées.

« Avant d'entrer dans un village, on détruit autant qu'on peut pour s'assurer que tout est sécurisé », soutient Dindar Zebari, chef du comité du GRK chargé de répondre aux questions venues de l'étranger.

« L'intention de détruire des maisons et des villages était purement stratégique », a-t-il ajouté.

Le GRK avait déjà clairement manifesté sa volonté d'inclure les terres reprises au groupe armé État islamique dans leur région autonome.

Le gouvernement régional a accueilli plus d'un million de personnes déplacées par le conflit kurde en Irak, principalement des Arabes sunnites.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards