Retour

Deux militaires français blessés par un drone piégé en Irak

Deux membres des forces spéciales de l'armée française déployées en appui aux forces kurdes dans le nord de l'Irak ont été grièvement blessés le 2 octobre dernier par un drone piégé.

Le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll, a confirmé l'information mercredi, en précisant que les deux commandos parachutistes ont été blessés « par un drone qui était posé et qui a explosé ».

Selon Le Monde, qui a rapporté la nouvelle mardi, le drone en question aurait été envoyé par une organisation liée au groupe armé État islamique (EI). Le quotidien affirme que les deux militaires ont été rapatriés en France pour être soignés à l'hôpital militaire de Percy. L'un d'eux serait entre la vie et la mort.

Les deux commandos sont des membres de la Task Force Hydra, qui est engagée depuis deux ans à Erbil aux côtés des combattants kurdes, les peshmergas, dans le cadre de la lutte contre le groupe armé État islamique.

La France n'est pas le seul pays à avoir déployé des forces spéciales dans le nord de l'Irak après que l'EI eut réussi à prendre plusieurs villes en 2014; les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada y ont également envoyé leurs soldats d'élite.

Aux États-Unis, un commandant a affirmé mardi à l'Associated Press que l'EI et le Hezbollah libanais, un allié de Bachar Al-Assad, ont tous deux réussi à transformer des drones en armes et qu'ils les utilisaient les uns contre les autres en Syrie.

Selon ce haut gradé, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, les troupes américaines ont été prévenues de se protéger si elles étaient approchées par un drone, autrefois perçu comme un simple outil de surveillance.

L'utilité de ses appareils sur un champ de bataille consistait essentiellement à survoler les zones ennemies pour obtenir de l'information sur les positions des combattants et sur l'arsenal à leur disposition.

Au cours des derniers mois, de nombreux groupes ont publié des vidéos montrant qu'ils utilisaient des drones, dont l'armée syrienne et le Front Fatah al-Cham, anciennement appelé Front al-Nosra jusqu'à ce qu'il désaffilie d'Al-Qaïda.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque