Le président américain a accusé le maire de Londres, Sadiq Khan, de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste après qu'il eût prévenu ses concitoyens de ne pas s'inquiéter de la présence massive de policiers dans les rues de la ville au cours des prochains jours.

Le maire de Londres a dans un premier temps condamné les attaques meurtrières survenues samedi soir en plein cœur la ville, en évoquant des actes « lâches et barbares ».

Sadiq Khan a par la suite lancé un appel au calme en entrevue sur les ondes du réseau BBC, prévenant les Londoniens que la sécurité serait renforcée sur le territoire, mais que ce n’était pas l'indice d’une autre attaque imminente.

« Je suis sûr que nous sommes l’une des villes les plus sécuritaires du monde », a par la suite déclaré le maire de la capitale britannique sur Twitter, déclenchant l’indignation de Donald Trump qui a répliqué en accusant M. Khan de tenter de minimiser la situation.

Propos déformés

« Au moins 7 morts et 48 blessés dans une attaque terroriste et le maire de Londres dit qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter! », a fulminé le président Trump sur le réseau social.

« Nous devons cesser d'être politiquement corrects et nous mettre au travail sur la sécurité pour nos concitoyens. Si nous ne sommes pas malins, cela ne fera qu'empirer », a-t-il ajouté dans sa charge contre le maire Khan.

La mairie de Londres a réagi à la pique lancée par le président américain par voie de communiqué en déclarant que Sadiq Khan avait « mieux à faire » que de répondre au tweet « mal informé » de Donald Trump.

La mairie s’est également désolée de voir les propos du maire Khan être « délibérément sortis de leur contexte » par le président des États-Unis.

Condamné même aux États-Unis

La série de tweets du président Trump a fait réagir en sol américain où tant des personnalités publiques que des organisations de la société civile ont dénoncé ce qu’ils ont qualifié de « récupération politique ».

L'ancien vice-président américain Al Gore fait partie de ceux qui ont dénoncé les propos de Donald Trump.

Les responsables de l’ambassade américaine à Londres ont choisi de se dissocier de la réaction de la Maison-Blanche en vantant plutôt le leadership du maire « au moment où il conduit la ville après cet attentat odieux ».

Donald Trump avait déjà été accusé la veille d’avoir eu une réaction déplacée à la suite des premiers rapports faisant état d’une attaque à Londres.

« Nous avons besoin que les tribunaux nous rendent nos droits. Nous avons besoin du décret migratoire comme niveau supplémentaire de sécurité », avait-il tweeté, sans préalablement offrir ses condoléances au peuple britannique.

Cecillia Wang, une responsable de la puissante organisation pour les droits ACLU, avait immédiatement dénoncé la mention du controversé décret.

« Nous avons besoin d'être indignés quand un président exploite un crime terrible pour promouvoir sa politique discriminatoire et illégale ».

Deux fois plutôt qu'une

Ce n'est pas la première fois que le clan Trump s'en prend au maire de Londres. En mars dernier, après l'attaque devant le parlement britannique, l'aîné du président américain, Donald Trump Jr, avait ridiculisé la réponse du maire Khan voulant que les attentats terroristes fassent partie des risques de la vie en milieu urbain.

« Dites-moi que c'est une blague?! », avait alors tweeté le fils du président, Donald Trump Jr, citant le maire.

Contacté par CNN à l'époque, Sadiq Khan avait offert une réponse assez similaire à celle envoyée dimanche par son porte-parole : « Je ne vais pas répondre à un tweet de Donald Trump Jr. Je fais des choses bien plus importantes ces dernières 24 heures ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine