Retour

Élections en Catalogne : pas de front commun entre les partis indépendantistes

L'un des principaux partis indépendantistes catalans rejette l'idée de former une coalition en vue des élections régionales prévues le 21 décembre prochain.

Le porte-parole de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), Sergi Sabria, a affirmé dans un communiqué que cette option n’était pas envisageable.

« Devant l'impossibilité de former une liste réellement unitaire, il faudra chercher à nous coordonner sur la base de candidatures différentes », a-t-il déclaré.

En 2015, les conservateurs de Convergence démocratique de Catalogne (CDC) et la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) étaient parvenus à s'allier pour former la coalition Ensemble pour le oui.

Le regroupement, allié aux indépendantistes d'extrême gauche de la Candidature d'unité populaire (CUP), disposait d'une majorité de 72 sièges sur 135 au Parlement.

La tenue d'un référendum sur l'indépendance a cependant semé la division entre les différentes formations politiques.

Le président catalan interpelle l'Union européenne

Plus tôt dans la journée, le président déchu de la Catalogne, Carles Puigdemont, a dénoncé le soutien de l'Union européenne à la mise sous tutelle de la Catalogne par l'Espagne.

Devant quelque 200 maires indépendantistes catalans réunis à Bruxelles, il a exhorté le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et son homologue au Parlement européen, Antonio Tajani, à respecter le résultat du référendum sur l'indépendance tenu le 1er octobre.

Il a fait valoir que la Catalogne était « le seul territoire de l'Europe où il y a cette anomalie démocratique » d'un Parlement régional démocratiquement élu qui ne peut exercer son pouvoir en toute légitimité.

Carles Puigdemont leur a demandé s'ils allaient continuer à fermer les yeux sur ce qu'il qualifie de « coup d'État » de la part de l'Espagne.

« Accepterez-vous le résultat du vote des Catalans ou allez-vous continuer à aider M. Rajoy? » a-t-il ajouté en faisant référence aux élections régionales qui désigneront le président de la Catalogne le 21 décembre.

Bras de fer entre l'Espagne et les indépendantistes catalans

Le président déchu de la Catalogne et le gouvernement espagnol sont engagés dans un véritable bras de fer depuis quelques semaines.

Le gouvernement espagnol a dissous le Parlement catalan et déclenché des élections régionales à la suite de la déclaration d'indépendance de la Catalogne, proclamée le 27 octobre.

Carles Puigdemont et quatre de ses ministres ont quant à eux été accusés de sédition, rébellion et détournement de fonds.

Les cinq hommes, qui sont réfugiés en Belgique depuis une semaine, sont visés par un mandat d’arrêt européen. Leur cause sera entendue le 17 novembre par la justice belge.

Le 1er octobre, les électeurs catalans s'étaient prononcés en faveur de l’indépendance dans une proportion de 90,18 % lors d’un référendum houleux tenu en dépit d’une interdiction imposée par la justice espagnole. Seuls 43 % des électeurs avaient alors bravé la justice et la police espagnole pour aller voter.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine