Retour

Emmanuel Macron choque la droite française en dénonçant la colonisation

Les déclarations du candidat à l'élection présidentielle française Emmanuel Macron qualifiant la colonisation de « crime contre l'humanité » lors d'un déplacement en Algérie ont suscité mercredi un tollé dans les rangs du Front national et des Républicains.

Dans une interview à la chaîne de télévision algérienne Echorouk news, diffusée mardi, l'ancien ministre de l'Économie, en seconde position dans les sondages en vue du premier tour, a déclaré que la colonisation faisait « partie de l'histoire française ».

C'est un crime. C'est un crime contre l'humanité. C'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes.

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle

Emmanuel Macron a poursuivi : « En même temps, il ne faut pas balayer tout ce passé [...] ll y a une jolie formule qui vaut pour l'Algérie : ''La France a installé les droits de l'homme en Algérie. Simplement, elle a oublié de les lire.'' »

Tollé à droite et à l'extrême droite

À 10 semaines du premier tour de l'élection présidentielle, ces déclarations ont suscité un tollé à droite et à l'extrême droite.

« En accusant la France de crime contre l'humanité depuis l'étranger, Emmanuel Macron commet une faute politique », a estimé Bruno Retailleau, le coordinateur de campagne du candidat de la droite et du centre, François Fillon, sur Twitter.

« Je suis bouleversé qu'une personnalité politique française telle qu'Emmanuel Macron vienne aujourd'hui discréditer la grande histoire de France », a ajouté le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi, toujours sur Twitter.

Pour le député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti Emmanuel Macron « commet une faute politique et historique grave » en accusant « la France de crime contre l'humanité sur une chaîne algérienne ».

La colonisation, sujet toujours sensible en France

Dans les rangs du Front national, on fustige la « repentance » du candidat.

« Crimes contre l'humanité, M. Macron, les routes, les hôpitaux, la langue française, la culture française? Stop à cette repentance permanente! », écrit le vice-président du parti, Florian Philippot. Pour le trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, Emmanuel Macron « tire dans le dos de la France ».

Près de 55 ans après l'indépendance de l'Algérie, en 1962, la question de la colonisation reste un sujet sensible en France, qu'ont rejointe plusieurs centaines de milliers de pieds-noirs et harkis (des militaires algériens ayant combattu pour la France durant la guerre). Et ce, malgré les mesures diplomatiques prises depuis quelques années.

En 2012, quelques mois après son arrivée à l'Élysée, François Hollande avait dénoncé lors d'un voyage à Alger un système colonial « injuste et brutal » instauré en Algérie par la France et reconnu les « souffrances » du peuple algérien.

En 2015, pour la première fois, un membre du gouvernement français - le secrétaire d'État chargé des anciens combattants, Jean-Marc Todeschini - avait participé à Sétif à la commémoration du massacre de milliers d'Algériens sous la colonisation française.

Sur la situation des harkis, qui constitue un enjeu avant chaque élection présidentielle en France, François Hollande a reconnu en septembre dernier la responsabilité des gouvernements français dans l'abandon des harkis d'Algérie.

Quelque 60 000 harkis ont été admis en France après les accords d'Evian, le 18 mars 1962, mais 55 000 à 75 000 harkis, selon les historiens, ont été abandonnés en Algérie et ont été victimes de représailles sanglantes.

Plus d'articles