Retour

Emplois fictifs : les enfants de François Fillon entendus

Les deux enfants aînés de François Fillon, qui ont travaillé auprès de leur père au Sénat, seront entendus jeudi sur ces activités soupçonnées d'avoir été fictives, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Marie et Charles Fillon ont effectué des « missions précises » pour leur père au Sénat de 2005 à 2007, comme il l'a lui-même révélé sur la chaîne de télévision TF1.

La révélation de ces emplois avait suscité la polémique. François Fillon avait expliqué les avoir embauchés, car ils étaient avocats, alors qu'ils n'avaient pas encore prêté serment à l'époque.

Le Parquet national financier (PNF) a demandé la semaine dernière aux policiers initialement chargés d'enquêter sur les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon d'étendre leurs investigations aux activités de Marie et Charles.

Vendredi dernier, le président du Sénat a autorisé la communication au PNF de documents relatifs à leurs activités.

L'avocat du candidat de la droite pour l'élection présidentielle, Me Antonin Lévy, déclarait alors à Reuters avoir déjà fourni aux enquêteurs les contrats de travail de Marie et Charles Fillon, leurs fiches de paye, et d'autres documents administratifs.

Des emplois parlementaires

Marie a été employée 15 mois en 2005 et 2006, et Charles six mois en 2007, pour un salaire mensuel net de 3000 euros en moyenne chacun, a indiqué l'ex-premier ministre lundi lors d'une conférence de presse. « Rien n'était dissimulé, tous les contrats de travail dont je parle sont strictement légaux, les sommes perçues ont été strictement déclarées aux impôts », a-t-il dit.

Selon Le Monde, Marie aurait surtout été chargée d'aider son père à écrire l'un de ses livres. « Elle a travaillé sur beaucoup de sujets, mais en particulier sur la base documentaire permettant d'écrire ce livre », a confirmé François Fillon.

Quant à son frère Charles, il aurait aidé à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, d'après Le Monde. « Mon fils n'a jamais participé à la campagne présidentielle, j'ai indiqué aux enquêteurs qu'il avait constitué des bases documentaires pour me permettre de préparer le projet politique qui a été le nôtre, et pour me préparer à être pendant cinq ans premier ministre », a rectifié François Fillon.

Et il a insisté sur le fait que « personne n'a le droit de juger du contenu du travail des attachés parlementaires ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde