Retour

États-Unis : le chef du Sénat demande le retrait d'un candidat accusé d’attouchements

Le chef républicain au Sénat, Mitch McConnell, a appelé lundi le candidat de son parti au Sénat de l'Alabama à se retirer de l'élection à la suite d'accusations d'attouchements sur une mineure remontant à quelques décennies.

« Je pense qu’il devrait se retirer », a dit McConnell, revenant ainsi sur sa position de vendredi dernier. Il avait alors invité Roy Moore, sénateur de l’Alabama et candidat à l'élection sénatoriale, à se retirer « si ces allégations [étaient] vraies ».

Lorsque des journalistes l'ont interrogé aujourd’hui pour savoir s’il croyait les allégations, McConnell a répondu « croire les femmes ».

Le 9 novembre, le Washington Post a publié le témoignage d’une femme qui raconte avoir été touchée par-dessus ses sous-vêtements par Roy Moore. Les faits allégués se sont tenus en 1979 alors que la femme n’avait que 14 ans et Moore, 32. Trois autres femmes ont aussi affirmé s’être rendues chez lui, mais sans qu’il y ait eu de contacts sexuels. Elles étaient également mineures.

Moore nie les accusations et a refusé de se retirer, malgré les appels de plusieurs sénateurs républicains.

Depuis la déclaration de Mitch McConnell, une cinquième femme a accusé Roy Moore d’avances sexuelles déplacées lorsqu’elle était adolescente. La femme, Beverly Young Nelson, âgée de 55 ans, a expliqué en conférence de presse à New York lundi avoir été agressée en janvier 1978 par le candidat sénatorial. Elle avait alors 16 ans et Moore était le procureur du comté.

« J’ai essayé de le repousser, tout en lui criant d’arrêter. Mais, au lieu d’arrêter, il tentait de pousser ma tête vers son entrejambe en agrippant mon cou », a-t-elle expliqué dans un communiqué lu par son avocate. Elle soutient également que Moore l’a avertie que « personne ne la croirait » si elle sortait cette histoire.

Bon nombre de républicains cherchent maintenant à remplacer Roy Moore à l’élection du 12 décembre. Cependant, il est trop tard pour retirer son nom des bulletins de vote.

L’une des options envisagées serait que Moore laisse sa place au sénateur sortant, Luther Strange, qui a perdu la primaire. Les républicains pourraient ainsi appeler les électeurs à voter pour le sénateur sortant, puisque la loi leur permet d’inscrire son nom à la main sur leur bulletin de vote.

Bush père également dans le pétrin

Cette affaire n’est pas la seule à tourmenter les républicains aux États-Unis. L’ancien président George H.W. Bush est lui aussi visé par des allégations d’attouchements sexuels.

Dans une entrevue au magazine Time, Roslyn Corrigan a raconté que l’ancien président américain lui aurait agrippé une fesse pendant une prise de photo en marge d’une rencontre d’agents de la CIA à Houston en 2003. Mme Corrigan avait 16 ans à l’époque et y accompagnait sa mère et son père, qui était un agent du renseignement.

Un porte-parole de M. Bush père a répondu en rappelant que l’ancien président s’est déjà excusé « auprès de tous ceux qu’il a pu offenser lors de la prise d’une photo ».

Roslyn Corrigan est au moins la cinquième femme à prétendre avoir subi des attouchements de George H.W. Bush.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine