Retour

États-Unis : le général McMaster remplace Michael Flynn à la sécurité nationale

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé lundi avoir nommé le général Herbert Raymond McMaster au poste de conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, qui a démissionné le 13 février.

Le général à la retraite Keith Kellogg est quant à lui nommé secrétaire général du Conseil national de sécurité.

Sorti de West Point, McMaster s'est illustré durant la guerre du Golfe en 1991, y gagnant une Silver Star. Il a servi par la suite dans les rangs de l'armée américaine en Irak, après la chute de Saddam Hussein, et a été affecté en 2010 à Kaboul, en Afghanistan, avec l'ISAF (Force internationale d'assistance à la sécurité).

McMaster a signé en 1997 un ouvrage, Dereliction of Duty, dans laquelle il se montrait critique envers les décisions de l'état-major et des dirigeants politiques américains au moment de la guerre du Vietnam.

Si McMaster, qui a 54 ans, est grandement respecté en tant que stratège militaire, sa nomination a surpris les observateurs, qui se demandent comment cet homme connu pour contester l'autorité se comportera face à une Maison-Blanche peu ouverte à la critique.

Dans un entretien accordé en juillet 2014 à un journal local de l'État de Géorgie où il dirigeait le centre militaire de Fort Benning, McMaster affirmait : « les gens ont une mauvaise compréhension de l'armée ».

« Certaines personnes pensent que dans l'armée tout est une question de hiérarchie et que l'on vit dans un environnement qui ne tolère pas la critique avec des gens qui n'aiment pas le franc-parler », expliquait-il.

« Je pense que c'est le contraire qui est vrai. Et les commandants avec lesquels j'ai travaillé voulaient des avis francs, ils souhaitaient des critiques et des estimations en retour », poursuivait-il.

Trois tentatives pour devenir général

Cette attitude n'a pas toujours été du goût des supérieurs de McMaster qui a été deux fois écarté de la liste des promus au grade de général en 2006 et en 2007.

C'est le général David Petraeus, président de la commission de promotion à son retour d'Irak, qui lui a donné, à la troisième et dernière tentative, l'étoile de général que McMaster convoitait.

La désignation au poste de conseiller à la sécurité nationale a été saluée par Donald Trump avec son habituel cortège d'adjectifs, mais elle a également reçu l'approbation du sénateur John McCain.

McMaster succède à un fidèle de Trump, Michael Flynn, contraint à quitter son poste après des révélations sur une conversation qu'il avait eue avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis à propos d'une éventuelle levée des sanctions contre Moscou une fois que l'administration Trump serait en place.

S'adressant à la presse à West Palm Beach, en Floride, Donald Trump a aussi indiqué que John Bolton, ancien ambassadeur des États-Unis à l'ONU, servirait l'administration actuelle à une fonction qui lui serait attribuée ultérieurement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les animaux les plus laids





Rabais de la semaine