Retour

Évacuations à Alep, violents combats dans le nord de la Syrie

Les opérations d'évacuation des civils et des rebelles de la partie orientale d'Alep se poursuivent en fonction des conditions météorologiques, mais aussi et surtout des rapports entre les insurgés et l'armée syrienne.

Une kyrielle de bus a été autorisée mercredi à pénétrer dans le secteur, emportant des centaines de personnes, des femmes et des enfants notamment, qui attendaient depuis plusieurs jours dans le froid.

Les convois ont dû être ralentis tantôt par les procédures de vérification, tantôt par la neige, et parfois par des différends entre les antagonistes.

L’armée syrienne voulait s’assurer en effet que l’évacuation des villages chiites d'Al Foua et Kefraya, assiégés par les rebelles dans la province d'Idlib, se déroulait comme prévu. Ce point était un préalable à la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu.

Au total, environ 25 000 personnes ont été évacuées jusqu'à présent d'Alep-Est, d’après les chiffres du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). De plus, 750 personnes ont pu quitter Al Foua et Kefraya, selon un responsable onusien.

L'armée syrienne contrôlerait désormais toute la ville d’Alep, après le départ d'un dernier groupe de combattants rebelles, à en croire l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Il ne resterait, d’après la même source, qu’une seule petite zone située en bordure ouest de la ville sous le contrôle des rebelles.

L'ONU n’a pas été en mesure de confirmer cette information. « Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons confirmer. Les évacuations se poursuivent », a déclaré à Reuters un responsable des Nations unies à Genève.

Des chefs rebelles ont fait savoir pour leur part qu’environ 2000 combattants et civils attendent encore d'être évacués. Ils ont précisé que les opérations ont été ralenties par le mauvais temps.

Intenses combats à Al Bab

Pendant ce temps, les combats font rage autour d'Al Bab entre les rebelles appuyés par l'armée turque et le groupe armé État islamique (EI) retranché dans cette ville du nord de la Syrie.

Le récent bilan d’Ankara fait état de la perte de 14 soldats turcs. L’armée turque prétend aussi avoir éliminé 138 djihadistes.

La Turquie a perdu une trentaine de soldats depuis le déclenchement, à la fin août, de son opération « Bouclier de l'Euphrate » en Syrie. L'offensive est destinée à repousser à la fois les combattants de l'EI et les milices kurdes de la zone frontalière.

Après avoir appuyé les insurgés syriens pour la reconquête de plusieurs localités, dont Jarablous et Dabiq, l’armée turque s’attaque désormais à Al Bab, bastion de l’EI situé à quelque 25 km de la frontière turco-syrienne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine