Retour

Exercice militaire en riposte au nouveau tir de Pyongyang

Pyongyang a procédé vendredi au tir d'un missile qui s'est abîmé en mer au large du Japon. L'opération inquiète la communauté internationale, au point où Washington et Séoul ont procédé quelques heures plus tard à un exercice à l'aide de missiles sol-sol.

Selon le premier ministre japonais Shinzo Abe, cité par la chaîne d’information NHK, l’engin détecté était un missile balistique en provenance de la Corée du Nord.

Le missile aurait effectué un vol d'environ 45 minutes avant sa chute, a indiqué un porte-parole du gouvernement japonais.

D'après l'agence officielle nord-coréenne KCNA, le régime considère le tir comme une réussite.

La Défense américaine, qui a elle aussi détecté le tir, en est venue à la même conclusion. « Selon notre analyse, il s'agit d'un missile balistique intercontinental, a déclaré son porte-parole, Jeff Davis. [Il] a volé sur environ 1000 km avant de tomber dans les eaux de la mer du Japon. »

Quelques heures plus tard, les États-Unis et la Corée du Sud ont procédé à un exercice militaire commun en utilisant des missiles sol-sol américains et des missiles balistiques sud-coréens.

Il s'agirait du second tir effectué par la Corée du Nord en un mois, selon le Pentagone.

L'essai survient au lendemain des célébrations de la Victoire dans la Guerre de libération de la patrie, soulignée chaque année le 27 juillet en Corée du Nord.

Essai dénoncé à l'international

Le tir, effectué en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, a suscité son lot de réactions à l'international. Washington, Tokyo, Séoul, Pékin et Paris, de même que l'Union européenne, ont immédiatement condamné l'opération menée par Pyongyang.

Les chefs militaires américains s'étaient entretenus avec les responsables sud-coréens avant l'exercice afin de discuter des « options de réaction militaire ».

« Au cours de cet appel, [le général Joe] Dunford et [l’amiral Harry] Harris ont exprimé l'engagement irrévocable envers l'alliance américano-sud-coréenne », a fait savoir le bureau du général Dunford dans un communiqué.

Le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, a par ailleurs indiqué que la Chine et la Russie portaient une part de responsabilité dans l'augmentation de la menace que représente Pyongyang, étant des « soutiens économiques du programme nucléaire balistique de la Corée du Nord ».

De son côté, la Chine a exhorté la Corée du Nord à respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et à mettre fin aux actions susceptibles d'aggraver les tensions dans la péninsule coréenne.

Dans un même temps, Pékin « espère que toutes les parties concernées feront preuve de prudence et éviteront d'intensifier les tensions ».

Les dirigeants japonais et sud-coréens ont tous deux convoqué une réunion de leur conseil de sécurité nationale.

Renforcement des sanctions

La stratégie des États-Unis jusqu'à présent n'a pas porté ses fruits. Le renforcement des sanctions internationales à l'ONU et les pressions sur la Chine, alliée de la Corée du Nord, n'ont pas réussi à freiner le développement des programmes militaires balistique et nucléaire de Kim Jong-un.

L'ambassadrice américaine Nikki Haley a affirmé que de nouvelles sanctions « assez dures » à l'endroit de Pyongyang faisaient l'objet de discussions avec Pékin.

Après ce second tir, le Japon a quant à lui décidé d'imposer unilatéralement de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Les États-Unis devraient lui emboîter le pas sous peu, le Congrès américain ayant adopté mardi une proposition de loi entraînant de nouvelles sanctions contre plusieurs pays, dont la Corée du Nord.

Le dernier tir de missile de Pyongyang, qui a révélé au monde les progrès rapides de la Corée du Nord en matière de développement de missiles à longue portée, était survenu le 4 juillet, jour de la fête nationale des États-Unis.

Le missile balistique intercontinental est capable, selon les experts, d'atteindre l'Alaska, une région que l'on croyait jusqu'ici hors de portée des missiles nord-coréens.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine