Retour

Feu vert de l'armée au tracé d'un oléoduc dans le Dakota

L'armée américaine va délivrer le dernier permis requis pour achever le tracé d'un oléoduc très controversé dans le Dakota du Nord après la signature par Donald Trump d'un décret ordonnant la réalisation du projet malgré l'opposition d'une tribu sioux et des écologistes.

Le Corps des ingénieurs de l'armée, qui a autorité en la matière, a indiqué mardi qu'il allait autoriser le percement de la dernière section du Dakota Access Pipeline sous le lac Oahe, un vaste lac créé par un barrage sur le Missouri.

L'oléoduc pourrait ainsi être opérationnel dès le mois de juin prochain.

Le projet, estimé à 3,8 milliards de dollars, a été lancé en 2014 par la société texane Energy Transfer Partners pour relier les champs pétrolifères du Dakota du Nord, près de la frontière canadienne, aux réservoirs de stockage de l'Illinois, à 1885 km au sud-est.

Mais son tracé suscite depuis le début la controverse et l'administration Obama a retardé à deux reprises la délivrance d'un permis pour pouvoir consulter les tribus amérindiennes qui craignent une contamination de leurs sources d'eau potable et dénoncent la violation de terres sacrées.

Des milliers de personnes ont campé l'an dernier sur le site pour empêcher l'avancée des travaux.

L’armée contredit ses conclusions

En décembre, l'armée a donné gain de cause aux Sioux et aux défenseurs de l'environnement en jugeant nécessaire d'étudier des tracés différents à celui qui prévoyait de faire passer l'oléoduc sous le lac Oahe.

La société Energy Transfer Partners et sa partenaire Sunoco Logistics Partners ont toutefois refusé de modifier le tracé prévu et l'armée a finalement cédé sous la pression de Donald Trump.

C'est fantastique de voir que la nouvelle administration tient ses promesses et permet la réalisation de projets pour le bien des consommateurs et des travailleurs américains.

John Stoody, porte-parole de l'Association des oléoducs

La tribu sioux qui conteste le tracé a de son côté appelé les opposants au projet à manifester le 10 mars à Washington, plutôt que dans le Dakota du Nord.

« En tant qu'Amérindiens, on nous met une nouvelle fois à terre, mais nous nous relèverons », a promis la tribu dans un communiqué.

Tom Goldtooth, directeur d'une des associations à l'origine de la mobilisation de l'an dernier, a promis de son côté une « résistance massive, bien supérieure à ce à quoi Donald Trump a été confronté jusqu'à présent ».

Dans son communiqué, l'armée indique que le permis pourrait être délivré d'ici un jour et revient sur ses conclusions du mois de décembre en expliquant qu'elle dispose de suffisamment de données environnementales pour ne pas avoir à solliciter une nouvelle étude d'impact.

Outre le Dakota Access Pipeline, Donald Trump a promis de relancer un autre projet d'oléoduc très controversé, Keystone XL, que l'administration Obama a bloqué en 2015.

Plus d'articles