Retour

Fin de la mesure spéciale d'accueil des migrants cubains

L'administration Obama a annoncé jeudi l'annulation de la mesure qui accordait automatiquement un droit de résidence à tout Cubain mettant un pied sur le sol américain, annulant une exception de longue date à la politique américaine en matière d'immigration.

La fin de cette politique dite de wet foot, dry foot intervient dans le cadre de la normalisation des relations entre les États-Unis et Cuba. Cette mesure autorisait tout Cubain étant parvenu à atteindre le sol américain, avec ou sans visa, à rester, mais ne concernait pas les Cubains arrêtés en mer qui étaient refoulés.

La mesure prend fin avec effet immédiat. Les autorités cubaines souhaitaient depuis des années l'abrogation de cette mesure mise en place en 1995 par le président démocrate Bill Clinton.

Le département américain de la Sécurité intérieure a par ailleurs mis fin à un programme qui autorisait l'entrée aux professionnels cubains du secteur de la santé. Ce programme était impopulaire à La Havane parce qu'il favorisait le départ des médecins de l'île communiste.

Chaque année, les garde-côtes américains interceptent plusieurs milliers de Cubains qui tentent la traversée de 145 km entre Cuba et la Floride, mais les dizaines de milliers qui parviennent sur le sol américain, notamment via le Mexique, sont autorisés à rester aux États-Unis, alors que les migrants en provenance d'autres pays sont regroupés et renvoyés chez eux.

La décision du président démocrate Barack Obama intervient une semaine avant l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Le futur président républicain estime que les États-Unis doivent obtenir plus de concessions de la part de Cuba en échange de l'amélioration des relations entre les deux pays.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine