Retour

Fin de la plus vaste opération d'évacuation en Syrie

L'évacuation de près de 11 000 Syriens de localités rebelles et pro-régime, qui avait débuté le 14 avril, s'est conclue vendredi, près d'une semaine après que des terroristes déguisés en humanitaires aient fait 150 morts, dont 72 enfants, en explosant leur véhicule près d'autocars transportant des évacués.

Cette étape représente la plus importante et dernière phase d'une série d'évacuations de localités, majoritairement rebelles, assiégées dans le pays.

Il s’agit également de la première étape de l'accord conclu entre le régime de Bachar Al-Assad, soutenu par la Russie et l’Iran, et les insurgés.

Ayant perdu de vastes régions aux mains du régime de Bachar Al-Assad, les rebelles ont dû signer des accords pour évacuer plusieurs de leurs troupes.

Plus de 35 autocars transportant des civils et des miliciens pro-régime, partis des villes d'Al Foua et de Kefraïa situés dans la province d'Idlib, sont arrivés dans la ville d'Alep, qui est sous le contrôle du gouvernement, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

En contrepartie, dix autocars transportant des rebelles et leurs proches, partis de Zabadani, ont quitté un point de transit pour pénétrer dans un territoire sous le contrôle des insurgés, a rapporté la chaîne de télévision syrienne Ikhbariyah.

Les villes de Zabadani et de Madaya, assiégées de longue date par les forces favorables au régime près de Damas, sont passées sous le contrôle du pouvoir syrien cette semaine, après l'évacuation des rebelles sunnites qui y étaient retranchés.

L'opposition a qualifié « les transferts forcés de crimes contre l'Humanité », tandis que l'ONU a dénoncé des « déplacements forcés ».

Opération suspendue

L’opération avait été suspendue durant 48 heures en raison d’une revendication des insurgés. Ils réclamaient que le gouvernement libère 750 détenus.

Selon l'OSDH, 50 prisonniers ont été libérés; le reste des prisonniers doivent être libérés par étapes au cours des prochaines 24 heures.

L’évacuation a donc repris vendredi matin.

L’OSDH a affirmé que tous les autobus transportant les habitants évacués étaient parvenus à leur destination finale.

Prochaine phase

La seconde étape du processus d’évacuation doit s’amorcer en juin avec l'évacuation de 8000 habitants de Foua et Kafraya et de milliers d'autres localités rebelles dans la province de Damas.

Le conflit en Syrie perdure depuis mars 2011 et a fait plus de 320 000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés. Les combats avaient été déclenchés par la répression de manifestations en faveur de la démocratie et la situation s'est envenimée avec l’implication d'acteurs internationaux et de groupes djihadistes.

De nouvelles sanctions canadiennes

Par ailleurs vendredi, le Canada a allongé sa liste de personnes syriennes visées par des sanctions en y ajoutant les noms de 17 hauts dirigeants du régime Assad et de cinq entités relativement à l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Ces personnes et entités sont désormais assujetties à un gel de leurs avoirs et à une interdiction de transactions.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, affirme que ce geste vise à accroître la pression internationale sur le régime pour qu'il cesse immédiatement les attaques contre son propre peuple. Elle soutient que le Canada souhaite ainsi envoyer au régime Assad un message ferme et clair selon lequel les crimes de guerre qu'il a commis ne seront pas tolérés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine