Retour

France : hommage à Simone Veil qui reposera au Panthéon

Emmanuel Macron a rendu hommage mercredi à Simone Veil en soulignant que ses victoires au profit des plus faibles devaient être toujours défendues et a annoncé qu'elle reposerait avec son mari, Antoine, au Panthéon.

L'ancienne ministre de la Santé et ex-présidente du Parlement européen est morte vendredi à l'âge de 89 ans. Rescapée de la Shoah et devenue femme d'État à la fibre humaniste, elle a été l'une des rares femmes engagées en politique dans les années 1970, qui la virent oeuvrer à la légalisation de l'avortement en France.

Membre du Conseil constitutionnel puis de l'Académie française, Simone Veil a inspiré le respect de la classe politique, jusque chez ses adversaires.

Le chef de l'État a évoqué lors d'un hommage national aux Invalides les souffrances qu'elle a connues et « les victoires éclatantes qu'aucune autre qu'elle n'aurait pu remporter ».

Saluant « la grandeur » de cette femme qui a mené « les combats du siècle » pour la légalisation de l'avortement et pour l'Europe, il a souligné qu'elle avait eu raison avant l'opinion ou contre elle, et avait eu à subir « la haine venimeuse » et « les injures exécrables ».

« Les combats de Simone Veil ne sont pas des victoires acquises pour toujours », a dit Emmanuel Macron, déplorant que les libertés soient menacées dans trop d'endroits dans le monde, y compris en Europe.

Le chef de l'État a mentionné qu'on lui avait confié que Simone Veil n'avait jamais exprimé d'hostilité envers l'Allemagne malgré sa déportation et le décès en camp de plusieurs de ses parents.

Face au cercueil recouvert d'un drapeau français, ses fils Jean et Pierre-François ont dit leur amour et leur admiration.

Jean Veil a souligné l’« ineffable miracle de charme qui n'a jamais disparu » malgré « le vécu d'une tragédie indélébile » et le « caractère célèbre et redouté » de sa mère, une « armure qui t'a permis de survivre à l'enfer ».

Pierre-François Veil a cité des qualités de sa mère - « calme, douceur, délicatesse » - les « outrages » proférés lors des débats au Parlement sur l'avortement et les « six millions de corps et de cendres qui recouvrent à jamais notre histoire ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine