Retour

France : le premier ministre veut prolonger l'état d'urgence

Le premier ministre français, Bernard Cazeneuve, a demandé au Parlement de prolonger l'état d'urgence en France jusqu'au 15 juillet prochain en raison des menaces terroristes qui pèsent encore sur le pays.

À la sortie d'un conseil des ministres extraordinaire samedi, le nouveau premier ministre a précisé qu'un projet de loi en ce sens serait présenté mardi prochain à l'Assemblée nationale et jeudi prochain au Sénat.

Bernard Cazeneuve a justifié sa demande en indiquant que 17 attaques avaient été déjouées en France depuis le début de l'année. Il affirme que la prolongation de l'état d'urgence de sept mois est « absolument nécessaire » pour s'assurer que le niveau de protection au pays est le plus élevé possible en raison de la tenue des élections.

Deux élections auront lieu prochainement en France. Les présidentielles se dérouleront au printemps, le 23 avril et le 7 mai 2017, et les législatives en été, les 11 et 18 juin 2017.

Le nouveau premier ministre, qui vient de succéder à Manuel Valls, soutient que le risque qu'une attaque soit perpétrée par « ceux voulant s'attaquer [aux] valeurs démocratiques et [aux] principes républicains [de la France] » durant la période électorale peut être accru.

Cette période de campagne électorale, qui sera naturellement marquée par de nombreuses réunions publiques et [de nombreux] rassemblements, peut aussi constituer malheureusement un contexte de risque d'attentat accru.

Bernard Cazeneuve, premier ministre français

« Deuxièmement, en plaçant la date d'échéance au-delà des élections, nous permettons au président de la République et au Parlement qui seront issus des prochaines élections d'avoir le temps nécessaire pour apprécier la situation avant de se prononcer sur une éventuelle prolongation supplémentaire », a par ailleurs ajouté l'ancien ministre de l'Intérieur.

L'état d'urgence en place depuis plus d'un an

Si cette prorogation est acceptée, ce sera la cinquième fois que la France reconduit l'état d'urgence depuis l'attentat du Bataclan, le 13 novembre 2015. L'attaque, revendiquée par le groupe armé État islamique, avait fait 130 morts et plus de 350 blessés.

Les autorités françaises avaient, par la suite, imposé l’état d’urgence, qui confère aux policiers des moyens d'action renforcés, sans contrôle judiciaire.

L'état d'urgence devait par ailleurs être levé le 26 juillet 2016, mais a été prorogé de six mois à la suite des attentats de Nice, le 14 juillet 2016.

Arrestation en lien avec le terrorisme

Un homme de 31 ans, soupçonné d'être lié au projet d'attentat récemment déjoué en France, a été placé en détention provisoire samedi et mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » à Paris par un juge antiterroriste.

Cinq autres hommes, qui planifiaient perpétrer un attentat terroriste le 1er décembre au nom de l'État islamique, avaient été arrêtés à Strasbourg et à Marseille, le 20 novembre dernier.

Plus d'articles

Commentaires