Retour

France : Macron et Le Pen s'affronteront au second tour

Les électeurs français ont tranché. Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les deux candidats qui s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle.

Selon les résultats définitifs publiés par ministère français de l'Intérieur, Emmanuel Macron termine en première place avec 24,01 % des voix au premier tour, devant Marine Le Pen (21,3 %). François Fillon (20,01 %) termine en troisième position et Jean-Luc Mélenchon (19,58 %) en quatrième, suivi de Benoît Hamon (6,36 %) et de Nicolas Dupont-Aignan (4,7 %).

Le taux de participation de 78,69 % a été légèrement supérieur à celui de 77,96 % enregistré au premier tour en 2012

Les bureaux de vote ont fermé à 19 h, heure locale (20 h dans les grandes villes).

« En une année, nous avons changé le visage de la vie politique française », a déclaré Emmanuel Macron dans un discours marqué par l'appel au ralliement.

« Je me dois d'aller au-delà et de rassembler tous les Français », a-t-il indiqué devant une foule brandissant des drapeaux de la France et de l'Union européenne.

La candidate d'extrême droite Marine Le Pen n'a pas hésité à qualifier les résultats d'« historiques ». « Je suis la candidate du peuple », a-t-elle déclaré à ses partisans.

« Les obstacles mis sur ma route étaient trop nombreux et trop cruels », a estimé pour sa part le candidat défait de la droite, François Fillon, qui a invité les électeurs à voter pour Macron.

« Le Front national a une histoire connue pour sa violence et son intolérance », a-t-il expliqué.

Pour sa part, le candidat d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon a d'abord indiqué sur sa page Facebook officielle ne pas valider les prévisions annoncées jusqu’à maintenant. « Nous ne validons pas le score annoncé sur la base de sondages , a-t-il écrit. Les résultats des grandes villes ne sont pas encore connus. »

Il a ensuite refusé de donner une consigne de vote pour le second tour, préférant laisser ses partisans s'exprimer sur une plateforme publique. « Nous sommes une force consciente et enthousiaste », a-t-il dit devant ses électeurs.

« Toute la gauche doit entendre votre message, a quant à lui déclaré le candidat socialiste Benoît Hamon à ses militants. Cet échec est une profonde meurtrissure. » M. Hamon s'est aussi rallié à M. Macron pour le second tour.

C’est la première fois dans l’histoire de la Ve République que ni le parti de droite Les Républicains ni le Parti socialiste n’ont de candidat au second tour de l’élection présidentielle.

Pour consulter en mobilité

Plusieurs figures politiques ont invité les électeurs français à se rallier derrière Emmanuel Macron, dont le premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

Pour sa part, l'actuel président, François Hollande, a appelé le candidat du parti En Marche! pour le féliciter de sa première place.

Un vote sous haute sécurité

Tandis que les électeurs se sont rendus en grand nombre dans les bureaux de vote, la menace d’attentat plane toujours sur l’ensemble du territoire français, trois jours après l’attaque qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Élysées.

Plus tôt dimanche, un bureau de vote a été évacué à Besançon, en raison de la présence d'un véhicule abandonné le moteur en marche à proximité de l'édifice.

Les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité avant de fouiller le véhicule, appuyées par une équipe de démineurs. Ces derniers ont pu confirmer qu'il n'y avait aucun engin explosif sur place. Les occupants du véhicule, signalé comme volé, sont recherchés par la police.

Les autorités ont déployé plus de 50 000 policiers et plus de 7000 militaires dans le cadre d’une opération d’envergure à l’échelle du pays.

À cela s’ajoutent les mesures spéciales relatives à l’état d’urgence, décrété en novembre 2015 dans la foulée des attentats de Paris et qui est toujours en vigueur.

Des manifestants antifascistes se sont réunis place de la Bastille, où des affrontements avec des policiers ont suivi l’annonce des projections pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen croiseront le fer le 7 mai prochain, à l’occasion du deuxième tour qui se conclura avec le dévoilement du nouveau président de la République.

Plus d'articles

Commentaires