Retour

France : trois juges décideront si François Fillon sera inculpé

En France, le Parquet national financier (PNF) a confié vendredi l'enquête sur les emplois fictifs dont auraient bénéficié l'épouse et les deux enfants de François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, à trois juges d'instruction, et non plus à la police.

Cette « information judiciaire » a été ouverte pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique ».

Les magistrats ont maintenant la possibilité de convoquer François Fillon à tout moment en vue d'une éventuelle mise en examen (ou inculpation).

L'affaire ne sera pas classée

Après avoir reçu un rapport de l'Office anticorruption de la police judiciaire, auquel il avait préalablement confié l’enquête préliminaire, le PNF avait jugé qu’il était impossible de classer l’affaire « sans suite ».

Deux options s’offraient donc à lui : l’ouverture d'une information judiciaire ou une citation à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris d'un ou plusieurs protagonistes de l'affaire.

La décision du PNF intervient avant que la Loi sur la réforme de la prescription en matière pénale entre en vigueur, la semaine prochaine. Cette nouvelle loi faisait courir le risque que certains faits visés par l’enquête ne soient plus admissibles en cour en raison de « l'ancienneté d'une partie des faits concernés ».

Des avocats satisfaits

Les avocats des Fillon se sont dits contents de voir la suite que prenait l’enquête sur leurs clients, qu’ils avaient d’abord qualifiée d’« illégale ». Selon eux, cette décision du PNF montre « qu’il n'a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies ».

« Nous ne doutons pas qu'à l'issue d'une procédure sereine, avec des juges indépendants, l'innocence de François et Penelope Fillon sera enfin reconnue », ont-ils écrit dans un communiqué.

Le mal est déjà fait

Le scandale qui a suivi les révélations du Canard enchaîné a causé beaucoup de tort à François Fillon, qui était d’abord vu comme le meneur dans la course à la présidentielle française, qui se tiendra au printemps.

Maintenant éliminé du second tour, selon les sondages, au profit de la présidente du Front national, Marine Le Pen, et du candidat du mouvement En marche! Emmanuel Macron, François Fillon refuse malgré tout de laisser tomber et affirme qu'il sera candidat « jusqu'à la victoire », y compris dans l'éventualité d'une mise en examen.

S’il était élu président, d'éventuelles poursuites à son encontre seraient suspendues pendant la durée de son mandat.

Plus d'articles