Retour

Fuites médiatiques : querelles internes à la Maison-Blanche

Le nouveau directeur des communications de la Maison-Blanche a de nouveau fait planer le doute sur l'intégrité de son collègue Reince Priebus, chef de cabinet du président. Si M. Priebus ressent le besoin « d'expliquer qu'il n'est pas responsable [des fuites médiatiques], il n'a qu'à le faire », a lancé Anthony Scaramucci dans une entrevue à CNN accordée jeudi.

Cette nouvelle intrigue à la Maison-Blanche a pris naissance à la suite de la publication, mercredi, d’un message sur Twitter par Anthony Scaramucci prévenant qu’il allait saisir la police fédérale après la révélation par le site Internet Politico de ses actifs financiers.

Or, à la fin de ce message, qui a été effacé depuis, Anthony Scaramucci inclut le pseudonyme Twitter du directeur de cabinet du président Trump, Reince Priebus.

Sur les médias sociaux, de nombreux internautes se sont demandé pourquoi M.Priebus était le seul copié sur ce message. S’agissait-il d’un avertissement? D’une façon détournée d’affirmer que ce serait lui le responsable des fuites au sein de l’équipe rapprochée du président?

Jeudi matin, Anthony Scaramucci a appelé l’émission New Day, au réseau CNN, pour donner sa version des faits. Dans une longue entrevue, il a expliqué n’avoir jamais eu l’intention d’accuser ni de menacer son « collègue et ami » Reince Priebus.

Il s’agissait selon lui de démontrer que les principaux dirigeants de la Maison-Blanche sont unanimes à vouloir enrayer les fuites « inutiles et vicieuses » qui minent les efforts de l’administration Trump pour gouverner.

« Si Reince veut expliquer qu'il n'est pas responsable des fuites, qu'il le fasse », a néanmoins ajouté M. Scaramucci en entrevue.

Pour Anthony Scaramucci, il est impératif de mettre un terme « aux fuites néfastes et aux intrigues de palais », peu importe qui en est à l’origine. La situation est telle, selon lui, qu’il ne peut même plus souper en compagnie de ses amis du réseau Fox et du commentateur politique Sean Hannity sans que les médias en soient avertis.

En référence aux nombreuses informations qui ont fui sur la politique étrangère des États-Unis, Anthony Scaramucci a poussé la rhétorique un cran plus loin sur les ondes de CNN en affirmant « qu’il y a 150 ans des gens auraient été pendus pour avoir été à l’origine de telles fuites ».

Bien qu’ils se disent amis, Anthony Scaramucci et Reince Priebus ont affiché des rivalités et des relations parfois tendues en privé.

C’est la première fois que leurs différends se retrouvent sur la place publique, ce qui n’augure rien de bon pour le climat à la Maison-Blanche après les critiques adressées cette semaine par le président Trump au secrétaire à la Justice, Jeff Sessions.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine