Un membre des forces aériennes américaines a abattu, vendredi, son commandant dans ce qui semble être un cas de meurtre suivi d'un suicide à la base militaire de San Antonio-Lackland, au Texas.

Deux armes de poing ont été retrouvées près des corps des deux hommes, qui ont été découverts dans un bâtiment comprenant des salles de classe et des bureaux, selon le brigadier général Robert LaBrutta, qui supervise la base.

M. LaBrutta a affirmé que l'incident n'était pas un acte terroriste et a refusé d'identifier les deux victimes, disant qu'il fallait d'abord mettre les proches au courant. Le bureau d'enquête de l'armée de l'air des États-Unis a lancé une enquête avec le soutien du FBI.

Il s'agit du plus récent incident impliquant des armes à feu à se produire sur une base militaire américaine au cours des dernières années.

En janvier 2015, un ancien combattant et ex-agent administratif à la clinique pour vétérans de Fort Bliss, à El Paso, avait tué un psychologue avant de s'enlever la vie. Un an plus tôt, 3 soldats avaient perdu la vie et 16 autres avaient été blessés lors d'une attaque à Fort Hood, près de Killeen, menée par le caporal Ivan A. Lopez, qui a également mis fin à ses jours.

La fusillade la plus meurtrière survenue dans une installation militaire américaine a eu lieu en 2009 à Fort Hood, où le major Nidal Hasan a abattu 13 personnes et en a blessé 31 autres. Nidal Hasan a été reconnu coupable et condamné à la peine capitale.

La base de San Antonio-Lackland est le principal camp d'entraînement de l'armée de l'air des États-Unis. Elle réunit notamment les bases de Fort Sam Houston, de Lackland et de Randolph.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine