Retour

Guerre de mots entre les États-Unis et l'Iran

Le président des États-Unis, Donald Trump, et son homologue iranien, Hassan Rohani, se sont livrés à une guerre de mots, vendredi, sur fond d'escalade des tensions entre les deux pays depuis l'investiture du nouveau président américain le 20 janvier.

« Il ferait bien de faire attention », a prévenu Donald Trump en réponse aux propos tenus un peu plus tôt par le président iranien.

Dans un discours retransmis en direct à la télévision publique pendant un rassemblement du 38e anniversaire de la révolution islamique de 1979, le président de la République islamique a assuré que l'Iran ne se laisserait pas intimider par « des politiques bellicistes » à son encontre.

Certaines personnalités inexpérimentées dans la région et en Amérique menacent l'Iran [...] Elles devraient savoir que le langage des menaces n'a jamais marché avec l'Iran.

Le président iranien, Hassan Rohani

« Elles devraient apprendre à respecter l'Iran et les Iraniens [...] Nous ferons face avec détermination aux politiques d'appel à la guerre », a ajouté M. Rohani.

Un rassemblement monstre pour répondre à Trump

Pour souligner le 38e anniversaire de la révolution, des millions d’Iraniens ont participé à un grand rassemblement de soutien à la République islamique contre les avertissements de la nouvelle administration américaine.

Ils répondaient à l'appel lancé cette semaine par le président iranien et le guide suprême de la révolution, l'ayatollah Ali Khamenei, qui demandaient aux Iraniens de démontrer qu'ils n'étaient pas effrayés par les « menaces » des États-Unis.

L'Amérique et Trump ne peuvent rien faire. Nous sommes prêts à sacrifier nos vies pour notre guide.

Un jeune homme interrogé à la télévision d'État

À Téhéran, des centaines de soldats et policiers brandissant des banderoles « Mort à l'Amérique » et des affiches à l'effigie de Donald Trump ont convergé vers la place Azadi (place de la Liberté) sous les chants révolutionnaires d'un orchestre militaire.

La télévision d'État a également diffusé des images de manifestants piétinant un portrait de Donald Trump.

Le ton monte

Le ton ne cesse de monter entre les deux pays depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau président américain, qui a ouvertement critiqué l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 entre l’Iran et les grandes puissances (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne).

Une position qui tranche avec celle de la garde rapprochée du président américain, qui souhaite de la fermeté dans les relations avec Téhéran, mais qui n'a jamais dénoncé l'accord sur le nucléaire iranien.

La semaine dernière, à la suite d’un test de missile effectué par l’Iran le 29 janvier, Donald Trump avait lancé un « avertissement » à l'Iran, avant d’imposer de nouvelles sanctions au pays.

Téhéran avait indiqué son intention de poursuivre son programme de missiles en dépit de ces mesures.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine