Retour

Harvey Weinstein répondra à des accusations de viol et d'agression sexuelle

Le producteur de films américain Harvey Weinstein a été formellement accusé de viol, d'acte sexuel criminel, d'abus et d'inconduite sexuelle à l'endroit de deux femmes par un tribunal de New York, vendredi.

Escorté par plusieurs policiers, il s'est rendu au poste de police de Manhattan en matinée et a comparu peu de temps après la prise de ses empreintes et de sa photo judiciaire.

Les actes qui lui sont reprochés auraient été commis respectivement en 2004 et en 2013.

S'il était reconnu coupable de viol, Harvey Weinstein serait passible d'une peine de 25 ans de prison.

Le service de police de New York (NYPD) a salué le courage des plaignantes qui sont allées jusqu’au bout dans cette affaire afin d'obtenir justice. Le NYPD ajoute que l’inculpation de Harvey Weinstein est le résultat d'une enquête menée conjointement avec le bureau du procureur de Manhattan.

L'accusé n'est resté que quelques minutes au poste de police. Il en est resorti menotté, et des agents l'ont escorté jusqu'à une voiture banalisée qui l'attendait.

Un million de dollars comptant

Au tribunal, le juge a autorisé sa libération en attendant son procès, moyennant le versement immédiat d'un million de dollars en espèces, ce que Harvey Weinstein a fait sur le champ.

L'accusé a aussi remis son passeport aux autorités et s'est engagé à respecter une série d'autres conditions, notamment le port d'un bracelet électronique, a expliqué son avocat, Me Benjamin Brafman.

Sa prochaine comparution en cour est prévue pour le 30 juillet.

Son avocat clame son innocence

Lors d'une brève rencontre de presse à la sortie du tribunal, Me Benjamin Brafman a expliqué que son client a l'intention de plaider non coupable et que son équipe prévoit faire tomber rapidement les accusations portées contre lui.

Harvey Weinstein a toujours maintenu que toute activité sexuelle de sa part était de nature consensuelle, a rappelé son avocat. Il nie toutes les accusations qui pourraient laisser entendre qu’il a participé à des activités sexuelles non consensuelles.

« Mon travail n'est pas de défendre le comportement, mon travail est de défendre le comportement criminel », a expliqué Me Brafman, avant d'ajouter que ce n'est pas son client qui a inventé le « casting sur le canapé à Hollywood ».

« Je m’attends à ce que les accusations ne soient pas crédibles devant 12 jurés, si jamais on arrive à trouver 12 personnes qui n’ont pas été complètement submergées par le mouvement qui semble avoir pris le contrôle du dossier », a conclu l'avocat.

Il faisait bien sûr allusion au mouvement #MeToo, qui s'est déclenché à la suite de la médiatisation des allégations d'agression sexuelle contre Harvey Weinstein.

Des dizaines de victimes présumées

Depuis les premières révélations du New York Times et du New Yorker en octobre, Harvey Weinstein a été accusé d'agressions et de harcèlements sexuels par une centaine d'actrices, dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Asia Argento, mais aussi par des mannequins, des aspirantes actrices et d'ex-employées.

Le producteur a toujours nié ces accusations en bloc.

Figure incontournable du cinéma hollywoodien, Harvey Weinstein aurait commis ces agressions sur une longue période de temps en achetant à l'occasion le silence de certaines de ses victimes en échange d'argent et de la signature d'accords de confidentialité.

Plus d'articles