Retour

Hillary Clinton écorche Bernie Sanders et James Comey dans son nouveau livre

Dans cet ouvrage consacré à sa défaite face à Donald Trump, l'ex-candidate à la présidence fait son mea-culpa en écorchant au passage son adversaire des primaires démocrates Bernie Sanders, qu'elle accuse d'avoir miné sa campagne en « empruntant ses idées ».

Dans cet ouvrage fort attendu qui doit paraître la semaine prochaine aux États-Unis et au Canada, Hillary Clinton admet d’entrée de jeu et sans détour que c’est de sa propre faute si elle a perdu l’élection présidentielle de novembre 2016 au profit du milliardaire républicain Donald Trump.

D'abord un mea-culpa

Reconnaissant que sa campagne « n'avait pas la même passion ou le même feu » que celle de son mari, Bill Clinton en 1992, l’ex-première dame des États-Unis affirme aussi regretter d'avoir qualifié, deux mois avant l'élection, la moitié des supporteurs de Donald Trump de « pitoyables ».

Mais en dépit de cette admission, Hillary Clinton estime qu’elle n’est pas seule à porter l’odieux de cette cuisante défaite. Son ancien adversaire à l’investiture démocrate Bernie Sanders, et l’ex-directeur du FBI, James Comey, récoltent aussi leur part de blâme.

Dans des extraits de What Happened [Ça s’est passé comme ça] dévoilés dans les médias américains avant la sortie officielle du livre en librairie, Hillary Clinton écrit entre autres que la rude bataille que lui a livrée le sénateur du Vermont lors des primaires démocrates a causé des « dégâts durables » à sa campagne présidentielle.

Au-delà des attaques qu’il lui a lancées, Bernie Sanders aurait aussi emprunté ses idées, qu’il bonifiait ensuite pour marquer des points auprès de l’électorat démocrate, écrit Hillary Clinton.

« Mais qui peut y croire? » - Bernie Sanders

Réagissant avec distance aux « révélations » de Mme Clinton, le sénateur Sanders a déclaré jeudi à MSNBC : « Donc Bernie Sanders a volé toutes les idées d'Hillary Clinton. Mais qui peut y croire? »

« Un directeur du FBI malavisé »

Dans cette autopsie de sa défaite contre Donald Trump, l'ex-secrétaire d'État et sénatrice écrit qu’elle ne devait pas affronter que les républicains dans cette élection, mais aussi l'appareil de renseignement russe, un directeur du FBI malavisé ainsi que « le fichu collège électoral ».

Selon Mme Clinton, la décision de l’ex-directeur du FBI, James Comey, de rouvrir brièvement l’enquête sur ses courriels personnels (qui était close depuis des mois) quelques jours avant le scrutin a gravement nui à sa campagne et lui a probablement coûté la victoire.

En ce qui a trait au président Barack Obama, Hillary Clinton a vraisemblablement peu à lui reprocher dans cette défaite électorale, sinon de ne pas avoir assez dénoncé publiquement l’ingérence du renseignement russe dans sa campagne.

En définitive, Hillary Clinton estime qu’après avoir passé plus de 25 ans sur la scène politique américaine, sa chance est passée.

L'édition américaine de What Happened doit sortir mardi en librairie.

L’ex-politicienne a prévu une tournée de 15 dates aux États-Unis et au Canada pour promouvoir le livre lors de conférences payantes dont on s'arrache déjà les billets.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine